Meta envisage de repenser le fil d’actualité de son réseau social Facebook afin de concurrencer TikTok. C’est du moins ce que révèle le média américain The Verge en publiant, le 15 juin, un communiqué interne. Le rapport détaille les ambitions de Mark Zuckerberg pour le futur fil d’actualité de Facebook. Celui-ci reposerait sur un nouvel algorithme : le « discovery engine ».

Repenser le fil d’actualité de Facebook

En juin 2020, l’entreprise intégrait les Reels à Instagram, avant de les ajouter à Facebook au mois de février dernier. Ce format, repris directement de TikTok, est devenu une priorité stratégique pour Meta qui veut en faire un élément central. Le géant de la technologie a déjà recentré l’algorithme d’Instagram autour des Reels en remplissant le fil principal de l’application de vidéos courtes provenant de comptes auxquels les utilisateurs ne sont pas abonnés.

C’est cette direction que souhaite suivre Mark Zuckerberg avec Facebook. D’après le document interne révélé par The Verge, la page principale du réseau social devrait être entièrement retravaillée. En haut de l’écran se trouvera un mélange entre les Storys et les Reels. Ils seront suivis de publications recommandées par le nouvel algorithme « discovery engine ». Celui-ci fonctionnera à la manière de l’algorithme « For You » de ByteDance, la maison mère de TikTok, en proposant du contenu posté par des utilisateurs inconnus sur Instagram et Facebook.

Pour Tom Alison, cadre de Meta, à la tête de Facebook, la nouvelle priorité n’est plus d’afficher les publications des comptes que les utilisateurs suivent, mais plutôt de recommander plus de publications peu importe leur provenance.

Afin de faciliter les partages, l’entreprise californienne prévoit également de réimplanter son application de messagerie Messenger au sein du réseau social. Pour rappel Facebook et Messenger avaient été séparés en 2014 par Mark Zuckerberg afin de rendre les échanges plus rapides.

Tom Alison explique à The Verge que « ce que nous constatons, c’est que les gens veulent se connecter à d’autres personnes par le biais du contenu. Et donc, une grande partie de la direction que nous prenons avec Facebook est d’essayer de vous apporter le contenu qui répondra au mieux à vos intérêts, mais aussi de faciliter le partage, la discussion et la connexion avec d’autres personnes parmi votre réseau ».

Attirer les plus jeunes

L’objectif est clairement d’axer l’expérience des usagers de Facebook autour de la vidéo. Il s’agit d’un format qui cartonne chez son concurrent TikTok : entre son lancement et l’été 2021, l’application a été installée plus de 3,6 milliards de fois. Elle enregistrait 20 % de téléchargements de plus que Facebook l’année dernière.

Si le réseau social de Meta n’est pas en reste avec 2,94 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois, le problème réside avant tout dans le vieillissement de sa population. Facebook a du mal à attirer les plus jeunes qui se tournent plutôt vers Instagram. Avec cette restructuration, Meta espère bien conquérir cette tranche d’âge désertant un réseau social qu’ils jugent trop archaïque.

Les employés de Facebook se posent des questions

Ces futurs changements soulèvent les interrogations des employés de Meta pour l’avenir de Facebook. Un employé a confié ses craintes en réponse au document partagé en interne par Tom Alison. « Je pense qu’il y a un risque réel, dans cette approche, de perdre de vue ce qui nous différencie des autres réseaux sociaux au profit de la poursuite des tendances et des intérêts à court terme », alarme-t-il.

La restructuration de Facebook espère bien relancer le réseau social qui fait face à quelques complications. Meta rapportait, au cours du dernier trimestre 2021, sa première perte d’utilisateurs actifs depuis sa création, passant de 1,93 milliard d’utilisateurs quotidiens à 1,929.

Une baisse dérisoire, certes, mais qui s'additionnent aux autres difficultés de Facebook. Le réseau social a connu dernièrement une grosse chute de ses investissements couplés à une perte de revenus publicitaires. Les actions de Meta ont chuté de 26 % en bourse à l’annonce de son bilan financier de 2021.