Ça y est, depuis hier, mercredi 15 juin, Microsoft a arrêté le suivi d’Internet Explorer. Après 27 ans de service, le célèbre navigateur de la firme de Redmond ne sera plus pris en charge par les dernières versions de Windows. Une situation problématique au Japon, où beaucoup d’entreprises et des services gouvernementaux dépendent encore d’Internet Explorer.

Les entreprises ont attendu jusqu'à la dernière minute

Nikkei Asia a rapporté que la fin d’Internet Explorer a suscité un sentiment de panique au sein des organisations japonaises qui ont attendu jusqu’à la dernière minute pour mettre à jour leurs sites internet. Computer Engineering & Consulting (CEC), entreprise de développement de logiciel basée à Tokyo, explique qu’elle croule sous les demandes d’aide depuis avril.

Parmi ses clients se trouvent des agences gouvernementales, des institutions financières ainsi que des entreprises de production et de logistique. Ces acteurs de la vie économique japonaise disposent encore d’un site web uniquement disponible via Internet Explorer. Cela pourrait conduire à un dysfonctionnement de leurs activités s'ils ne changent pas rapidement de navigateur.

« Ils le savent depuis longtemps, mais ils ont dû repousser leur prise d’action », explique un représentant de CEC. L'entreprise d’informatique s'attend à ce que le chaos règne parmi ceux qui ont procrastiné quelques mois.

49% des employés japonais utilisent Internet Explorer

D’après une enquête menée en mars par Keyman’s Net, spécialiste japonais des technologies de l’information, beaucoup d’entreprises dépendent encore d’Internet Explorer. L’étude montre que 49% des employés utilisent encore le vieux navigateur de Microsoft dans le cadre de leur travail.

Dans certaines entreprises, Internet Explorer est même utilisé pour superviser la présence des employés, le règlement des dépenses et d’autres outils internes. Plus de 20% des personnes interrogées ne savaient pas qu’Internet Explorer disparaîtrait prochainement et qu’il fallait effectuer une transition.

Alors que le portail d’information en ligne des marchés publics, qui permet de faire des appels d’offres, changera de navigateur à la dernière minute, beaucoup d’autres agences gouvernementales tardent à réagir. C’est le cas du service des retraites japonais par exemple, dont les candidatures peuvent être visualisées uniquement sur Internet Explorer. En attendant que le service s’adapte, il faut passer par le mode Internet Explorer de Microsoft Edge pour y accéder. Ce mode a justement été pensé par Microsoft pour laisser un léger sursis aux sites internet qui devront tôt ou tard s’adapter à des navigateurs plus récents. Un ouf de soulagement a dû retentir au Japon à cette annonce.