Spotify vient d’annoncer la création d’un Conseil consultatif de sécurité dont l’objectif est d’aider la plateforme à « faire évoluer ses politiques » autour de domaines clés comme la sécurité numérique et les contenus haineux.

Spotify se veut plus transparent

« Au cours des derniers mois, Spotify s'est efforcé d'être plus transparent quant à ses efforts en matière de sécurité. En janvier, nous avons publié nos Règles de la Plateforme et pris des mesures pour nous assurer que les créateurs sur notre plateforme les consultent et y adhèrent. Il s'agissait là de premiers pas en avant, et aujourd'hui nous en dévoilons un autre : notre tout nouveau Conseil consultatif sur la sécurité de Spotify - le premier conseil de ce type dans une grande société audio », explique le géant suédois dans un billet de blog.

Ce Conseil est composé d’experts et d’organisations possédant une expertise approfondie en matière de sécurité et autres domaines connexes. Pour l’heure, il compte 18 experts, parmi lesquels figurent des représentants du groupe de défense des droits civiques de Washington D.C., le Center for Democracy & Technology, de l'Université de Göteborg en Suède et de l'Institut pour la technologie et la société au Brésil.

« Bien que Spotify sollicite depuis des années l'avis de bon nombre de ces membres fondateurs, nous sommes ravis d'élargir encore et de rendre plus transparents nos partenariats en matière de sécurité. Comme notre produit continue de croître et d'évoluer, les membres du conseil vont croître et évoluer avec lui », assure le service de streaming musical.

Un Conseil consultatif

Il faut toutefois savoir que ce Conseil sera simplement consultatif. Concrètement, ses membres conseilleront Spotify dans le cadre du développement de ses produits et politiques et de sa réflexion sur les questions émergentes, mais l’entreprise aura le droit de ne pas appliquer les recommandations de ce dernier.

« L'idée est de faire appel à ces experts de renommée mondiale, dont beaucoup sont dans ce domaine depuis plusieurs années, afin de nouer une relation avec eux. Au lieu de cela, nous les rencontrons assez régulièrement, afin d'être beaucoup plus proactifs sur la façon dont nous réfléchissons à ces questions dans toute l'entreprise », a déclaré Dustee Jenkins, responsable mondial des affaires publiques de Spotify.

Un micro d'enregistrement.

Le podcast The Joe Rogan Experience, très populaire aux États-Unis, a été au cœur d'une vive polémique outre-Atlantique en 2021. Photographie : Jonathan Velasquez / Unsplash

Une année 2021 très controversée

Si Spotify assure que le Conseil n’a pas été mis en place suite à un événement particulier, il ne faut pas oublier que le service a créé la controverse en 2021 après que Joe Rogan, l’animateur de l’un des podcasts les plus populaires outre-Atlantique, ait été accusé de propager de fausses informations sur la pandémie. Malgré cela, la plateforme continue de croître. Elle a enregistré un excellent premier trimestre 2022 et compte désormais plus de 422 millions d’utilisateurs actifs mensuels, et vise le milliard d’utilisateurs d’ici 2030.

La mise en place d’un tel conseil n’est pas inédite dans le monde de la tech. Il y a quelques années, Meta a introduit son Conseil de surveillance qui, contrairement à l’organisme présenté par Spotify, a le pouvoir de recommander la suppression de comptes, comme ce fut le cas pour Donald Trump par exemple.