Meta a annoncé, le 13 juin, l’ouverture d’Horizon Worlds, sa première version du métavers, au Royaume-Uni. Avec la Grande-Bretagne, le Canada et les États-Unis, ce sont des milliers d’utilisateurs qui ont accès à la plateforme sociale de réalité virtuelle (VR). La maison mère de Facebook a dévoilé de nouvelles fonctionnalités de sécurité en réponse à de nombreuses controverses quant à la sûreté de sa plateforme.

Les Britanniques peuvent maintenant se connecter à Horizon Worlds

Le métavers est un concept nébuleux qui peut représenter quelque chose de totalement différent en fonction du projet qui le porte. Ce qui se rapproche le plus de la conception de Mark Zuckerberg du métavers est la plateforme sociale disponible sur le casque VR de Meta : Horizon Worlds.

Dans la même catégorie

Le milliardaire s’est donné pour mission de faire découvrir au maximum de personnes possibles « le prochain chapitre d’Internet ». C’est en ce sens que la plateforme ouvre, petit à petit, ses portes aux communautés d’autres pays. Après le Canada et les États-Unis en décembre dernier, c’est au tour du Royaume-Uni de découvrir le métavers. Horizon Worlds sera lancé dans davantage de pays européens au cours de l’été. Le métavers de Meta devrait, à terme, s’étendre sur d’autres supports tels que le web ou les smartphones.

Meta indique dans son communiqué que « depuis le tout début, nous avons pensé Horizon Worlds comme un environnement VR convivial pour les créateurs, doté d’outils de construction sociale de qualité. En développant ces outils, en écoutant et en prenant en compte les commentaires des créateurs, c’est ce que nous avons fait. Mais nous travaillons toujours pour rendre Horizon Worlds encore meilleur ».

Rendre le métavers plus sûr

Pour rendre meilleur le métavers, il est important de s’y sentir en sécurité, ce n'est pas toujours le cas pour le moment. Récemment, une chercheuse avait déclaré avoir été victime d’un viol lors de son passage sur Horizon Worlds dans le cadre d’une enquête pour une ONG. Pour répondre au harcèlement ou aux tentatives d'agressions sexuelles virtuelles, Meta a dévoilé plusieurs fonctionnalités afin de protéger les avatars : Garbled Voices et Personal Boundary.

Garbled Voices permet aux personnes de se faire entendre seulement par les utilisateurs présents dans leur liste d’amis. Si le paramètre est activé, les étrangers ne pourront pas communiquer avec la personne. À la place d’entendre clairement les propos des inconnus, la personne utilisant ce paramètre ne distinguera qu’un mélange de son, à la manière des Sims ou d’Animal Crossing.

Exemple de Garbled Voice sur Horizon World

Voici à quoi pourrait ressembler un utilisateur qui utilise Garbled Voices. Image : Meta.

« [Le mode vocal] vous permettra de choisir comment vous entendez les personnes qui ne figurent pas dans votre liste d’amis, y compris de choisir l’option qui permet de ne pas entendre du tout les conversations indésirables. Par défaut, vous entendrez tous les utilisateurs proches au même volume, mais avec le mode vocal, vous pouvez facilement utiliser Garbled Voices grâce auquel les voix des personnes qui ne sont pas vos amis sont perçues comme des sons inintelligibles et amicaux » explique Meta.

En plus de contrôler qui les utilisateurs souhaitent entendre, ils pourront choisir qui peut les approcher. C’est le principe de Personal Boundary. Grâce à ce paramètre, ils peuvent instaurer une limite d’un peu plus d’un mètre de distance entre leur avatar et ceux des autres personnes. Cette fonctionnalité a été développée pour répondre aux comportements malveillants rencontrés au sein d'Horizon Worlds depuis son lancement en décembre 2021.

Renforcer la protection des mineurs

Meta se penche également sur la sécurité de ses utilisateurs mineurs. Pour cela, l’entreprise a présenté de nouvelles fonctionnalités de supervision parentale pour le casque VR Quest et Instagram. Les parents auront la possibilité d’approuver les applications téléchargées par leurs enfants, d’avoir accès à leur liste d’amis et de voir le temps passé à utiliser le casque.

Concernant Instagram, ils pourront limiter le temps d’accès au réseau social, mais aussi voir à qui ils sont abonnés et quelles personnes ils suivent. Ces ajouts sont le fruit de la promesse d’Instagram face aux révélations de Frances Haugen, une ancienne employée de Facebook. En octobre dernier, en dévoilant les Facebook Files, l’ancienne employée alertait sur les pratiques peu éthiques du géant des réseaux sociaux. Instagram était accusé d’accentuer le mal-être des adolescents grâce à des études internes.

Toutes ces mesures prises par le géant de la technologie ont pour objectif de rendre le métavers et ses outils d’accès plus mature en matière de sécurité pour les utilisateurs. Car si certaines dérives se sont produites alors qu’Horizon Worlds n’est disponible que dans quelques pays, qui pourra dire ce qu’il se passera lorsque la plateforme sera ouverte au monde entier ?