Le 6 juin 2022, le procureur du Texas, Ken Paxton, a décidé de lancer une enquête à l'encontre de Twitter, suite à des propos tenus par Elon Musk. Le milliardaire affirme que le réseau social est composé de 20% de faux comptes (des bots et des spams). Selon le procureur du Texas, ces faux comptes pourraient contribuer à « gonfler la valeur du réseau social ».

5% de faux comptes selon Twitter, 20% selon Musk

Dans un communiqué de presse publié lundi 6 juin, Ken Paxton a repris les propos d'Elon Musk pour justifier le lancement d'une enquête l'encontre de Twitter. Selon le patron de Tesla, les bots et les spams pourraient représenter jusqu'à 20% des comptes sur le réseau social. Pourtant, la plateforme estime que ces faux comptes ne dépassent pas 5% de l'ensemble des profils répertoriés. Cependant, Twitter refuse de transmettre officiellement ces informations à Elon Musk. Le milliardaire accuse même la plateforme de « rétention d'informations » et menace de mettre un terme aux négociations.

En vertu du Deceptive Trade Practices Act mis en place par l'État du Texas, qui protège les internautes des publicités trompeuses, le procureur général Paxton compte bien s'attaquer à Twitter. La concordance des intérêts de Musk et de Paxton tombe à point nommé... Bizarrement, Tesla vient aussi d'ouvrir une Gigafactory au Texas et déménage son siège social à Austin (la capitale du Texas). L'État a également offert des allégements fiscaux aux entreprises qui construisent des installations dans la région. Même si cela ne veut rien dire, ce n'est pas la première fois que Ken Paxton est accusé d'abus de pouvoir.

Elon Musk et Ken Paxton : deux alliés

Désormais Twitter n'a plus le choix. La plateforme doit fournir des documents officiels pour détailler le nombre d'utilisateurs actifs de l'entreprise depuis 2017 et le volume de faux comptes sur cette même période. Le réseau social va également devoir justifier des méthodes utilisées pour calculer le ratio de faux comptes. Twitter doit aussi donner plus de détails sur son modèle publicitaire et notamment sur les revenus générés au Texas. Ken Paxton ne va rien laisser au hasard et cela ne sera pas pour déplaire à Musk.

Le procureur général du Texas est bien connu pour sa lutte contre les géants du web. Membre du Tea Party, un mouvement qui se caractérise par ses positions traditionalistes dans le domaine moral et religieux, il s'en est déjà pris à Google (pour ses activités publicitaires) ainsi qu'à Meta (au sujet de la reconnaissance faciale). Il n'est pas encore clair si Paxton a l'intention de poursuivre également Twitter. Elon Musk a clairement trouvé un allié en la personne de Ken Paxton.

Aujourd'hui, les deux hommes ont vraisemblablement les mêmes intérêts : renforcer la liberté d'expression sur Twitter pour « inverser la censure présumée sur la plateforme ».