L’Institut national des technologies de l'information et de la communication (NICT) du Japon a annoncé lundi 30 mai avoir battu un record de vitesse de transfert de données. Cette innovation, qui repose sur une amélioration des câbles de fibre optique, pourrait permettre la démocratisation à grande échelle du streaming vidéo en résolution 8K. Même si elle a uniquement été testée en laboratoire, elle repose sur des technologies déjà existantes dans les réseaux actuels.

100 000 fois plus rapide que les connexions domestiques actuelles

Les chercheurs japonais du NICT ont réussi à envoyer des données à travers un câble en fibre optique à plusieurs « cœurs ». Concrètement, leur exploit repose sur un câble qui contient lui-même quatre plus petits tuyaux de fibre optique. Ces quatre « cœurs » transmettent chacun un signal différent, ce qui amplifie la bande passante. Ils ont atteint une vitesse de 1,02 pétabit, ou 1020 térabits, par seconde, sur un réseau d’une distance de 51,7 kilomètres.

Cela correspond à un transfert de 127 500 Go de données toutes les secondes qui, selon les chercheurs, permettrait de diffuser simultanément 10 millions de contenus vidéos en 8K. New Atlas précise qu’une telle vitesse est 100 000 fois supérieure à ce que promettent les fournisseurs d’accès internet avec les connexions de nouvelle génération destinées aux particuliers.

Le NICT a exploré plusieurs hypothèses, dont des câbles de fibre optique à plusieurs cœurs pouvant transmettre quinze signaux. Ce type de dispositif demanderait d’effectuer des améliorations extrêmement coûteuses sur les réseaux internet déjà existants. Avec la solution à quatre cœurs, les câbles de fibre optique conservent une dimension standard de 0,125 mm, ce qui faciliterait leur installation dans les infrastructures actuelles.

Le Japon veut être à l’avant-garde

Le Japon est à la pointe des avancées technologiques pour le développement de la fibre optique. Le précédent record de vitesse établi par l’archipel nippon était de 319 térabits par seconde en juillet 2021. En moins d’un an, les chercheurs du NICT ont été capables de tripler les capacités de la bande passante.

Le pays du soleil levant veut aussi être à l’avant-garde des connexions non filaires, en partie car de nombreuses zones, comme des îles, ne peuvent pas avoir accès au réseau filaire. En avril 2021, le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, a rencontré Joe Biden pour mettre en place une coopération dans le développement de la technologie 6G. Une collaboration qui repose sur un investissement de 4,5 milliards de dollars dans l’optique de concurrencer la Chine qui veut dominer la 6G.