Malgré l'engouement autour du métavers depuis bientôt un an, et le virage pris par la plupart des géants du web pour ne surtout pas passer à côté de cette tendance, une étude menée par Productsup révèle que la plupart des consommateurs (60%) estiment ne pas être intéressés par le shopping virtuel.

Les consommateurs ne sont pas prêts à acheter dans le métavers

Cette enquête a été menée auprès de 5 000 consommateurs âgés de 16 ans et plus en Europe et aux États-Unis. L'étude s'intéresse à l'évolution des expériences d'achat et notamment sur les attentes des consommateurs relatives au métavers et au shopping durable. Le rapport montre que les consommateurs sont plus susceptibles de faire un achat si un produit est réutilisable (71%) ou recyclable (70%). Aussi, 60% des répondants déclarent n'avoir aucun intérêt à faire du shopping virtuel, quels que soient les produits. Une statistique qui pourrait remettre en cause l'avènement supposé du métavers.

Plusieurs experts estiment que les revenus du métavers devraient atteindre 800 milliards de dollars en 2024. De quoi inciter la plupart des entreprises à se lancer dans la compétition. Même si la génération Z accueille l'avènement du métavers et des achats exclusivement numériques beaucoup plus facilement que ses homologues plus âgés, les résultats du rapport de Productsup ne vont pas exactement dans ce sens. Ils montrent plutôt que les consommateurs sont surtout intéressés par une consommation en ligne qui offre transparence, accessibilité et disponibilité.

La durabilité : un critère extrêmement important en 2022

Au cours de la dernière décennie, les consommateurs sont devenus de plus en plus sensibles au sujet de la durabilité des produits. En 2022, la réalité est qu'il ne suffit plus d'apposer un label « commerce équitable » ou « biodégradable » sur vos produits : 43% des consommateurs veulent une explication détaillée sur la façon dont le produit est biodégradable et 40% veulent également des informations prouvant que le produit est conforme à son label « durable ». Les consommateurs ne se laissent plus avoir par le greenwashing selon Lisette Huyskamp, directrice du marketing chez Productsup.

Les technologies qui combinent les achats physiques et numériques sont plutôt bien accueillies : 47% des consommateurs disent qu'ils effectueraient un achat s'ils pouvaient accéder à des expériences numériques pendant qu'ils font leurs achats physiquement. L'étude précise que l'utilisation de la réalité augmentée, comme les miroirs intelligents ou les filtres mobiles, peut permettre de motiver les consommateurs et d'inciter à l'achat. La plupart des consommateurs ne sont pas encore tout à fait prêts à abandonner les méthodes éprouvées des décennies passées.