Volkswagen prévoit de dépasser Tesla sur la vente de ses véhicules électriques dans le monde d’ici 2025. C’est ce qu’a déclaré, le 24 mai, Herbert Diess, directeur général du groupe, lors d’une interview pour la chaîne de télévision américaine CNBC.

Volkswagen se place en concurrent direct de Tesla

Tesla a une longueur d’avance sur le marché de la vente de véhicules électriques. L’entreprise californienne, dirigée par Elon Musk, a livré plus de 936 000 véhicules au cours de l’année précédente. Bien loin devant les 263 000 voitures électriques acheminées par le constructeur automobile allemand et les autres fabricants.

D’après Herbert Diess, si Tesla domine autant, c’est parce qu’il s’agit de « l’entreprise automobile la plus numérique, ce qui lui confère certains avantages ». Pour autant, le directeur général de Volkswagen ne se démonte pas et ajoute que l’objectif de son groupe « est toujours d’emboîter le pas à Tesla et de probablement la dépasser d’ici 2025 en matière de ventes ».

Modèle Volkswagen ID.5.

Présentation du modèle de véhicules électriques Volkswagen ID.5. Photographie : Volkswagen.

Pour concurrencer le leader des constructeurs de voitures électriques, Volkswagen mise sur la vente de modèles accessibles à un plus grand nombre de portefeuilles. En 2020, l’entreprise basée à Wolfsbourg, sortait la ID.3, le premier modèle de sa nouvelle génération de véhicules fonctionnant à l’électricité. Ce modèle, qui dépassera les ventes d’automobiles électriques de Tesla du mois de septembre 2020 en Europe, sera suivi par l’ID.4 fin 2020 et par l’ID.5 en décembre 2021.

Vers la fin de la pénurie de semi-conducteurs ?

Les ambitions de Volkswagen se heurtent aux obstacles que rencontrent toutes les entreprises automobiles en ce moment. Cette industrie est en proie à une pénurie de semi-conducteurs. Depuis deux ans, la demande de semi-conducteurs a augmenté de 17% forçant les constructeurs à ralentir leur rythme de production voire à le suspendre comme ce fut le cas de Toyota.

Tesla, elle, a atténué l’impact de la pénurie grâce à un système informatique centralisé. Celui-ci lui permet de modifier le logiciel sous lequel tournent ses véhicules pour accueillir un autre type de puces lorsqu’un modèle n’est plus disponible.

De son côté, Herbert Diess est optimiste. Il estime que « nous devrions voir une atténuation de cette situation vers le milieu de l’année. Au second semestre, le secteur devrait être en meilleure forme – si la situation ne s’aggrave pas ». Pour lui, ce ne sera pas forcément la fin de la pénurie, mais le début d’un retour à la normale où « les chaînes d’approvisionnement devraient se remettre en ordre ».