Un recours collectif a été déposé dans un tribunal fédéral californien le 25 mai contre Elon Musk. Cette plainte est à l’initiative d’investisseurs de Twitter estimant que le milliardaire a, à plusieurs reprises, manipulé le cours des actions du réseau social à la baisse. Ils demandent des dommages et intérêts d’un montant inconnu.

Elon Musk défie la loi américaine

La plainte attaque le directeur général de Tesla sur plusieurs fronts. Tout d’abord sur le tout début de l’aventure entre Elon Musk et Twitter, début avril. Le 4, il a révélé posséder 9% des actions de l’entreprise, faisant de lui son actionnaire principale.

Il se trouve que la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la bourse américain, exige que toute participation au-delà de 5% à une entreprise soit dévoilée dans les 10 jours.

Pour les investisseurs lésés si Elon Musk n’a pas respecté cette règle c'est pour une raison simple, « En retardant la divulgation de sa participation dans Twitter, Musk s'est livré à une manipulation du marché et a acheté des actions Twitter à un prix artificiellement bas ».

Effectivement, lorsque le milliardaire a fini par dévoiler cette prise de capital lancé discrètement en avril, la valeur de Twitter a bondi d’un coup. La SEC a déjà ouvert une enquête de son côté sur ce point début mai. Une plainte d'un autre investisseur a été déposée sur ce même point.

L’autre point au cœur des débats est lié à l’annonce par Musk de « suspendre » son rachat de Twitter pour 44 milliards de dollars, mi-mai. L’argument du milliardaire est celui des faux comptes, bien supérieurs au 5% vantés par le réseau social.

Selon les plaignants, Elon Musk était parfaitement au courant de cette problématique et ceux de longue date, « Musk avait tweeté sur ce problème à Twitter plusieurs fois dans le passé, avant de faire son offre d'acquisition de Twitter en toute connaissance de cause ». Pour eux, le tweet du 13 mai « constituait un effort pour manipuler le marché des actions de Twitter ».

Le rachat de Twitter est toujours d’actualité

Les plaignants notent les difficultés d’Elon Musk pour rassembler la somme nécessaire au rachat de la plateforme. Une partie des prêts contractés par le milliardaire sont garantis sur la valeur des actions Tesla, actuellement malmenées. Il chercherait simplement à baisser le prix du réseau social.

Reuters note cependant que l’opération restait d’actualité. Elon Musk a déclaré un financement en fonds propres de 6,25 milliards de dollars supplémentaires. Quant aux investisseurs plaignants, ils affirment ne pas vouloir remettre en cause le rachat de Twitter en lui-même.