L’Espagne a annoncé mardi 24 mai prévoir un plan d’investissement de 12,25 milliards d’euros pour devenir un producteur majeur de semi-conducteurs en Europe d’ici 2027. La ministre de l’Économie espagnole, Nadia Calvino, désire que la péninsule « joue un rôle important dans le secteur des technologies », rapporte Reuters.

Un plan espagnol de 12 milliards d’euros

L’Union européenne souhaite que le Vieux Continent compte pour 20% de la production mondiale de semi-conducteurs d’ici 2030, contre 10% aujourd’hui. En février 2022, la Commission européenne avait déjà dévoilé un plan de 43 milliards d’euros pour aller dans ce sens. L’Espagne veut occuper une place de choix dans cette stratégie. Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a profité du Forum économique mondial qui s’est clôturé le 26 mai à Davos en Suisse, pour réitérer les ambitions de son pays dans le secteur.

Le pays a révélé un plan d’investissement de 12,25 milliards d’euros qui, en plus de renforcer l’économie espagnole, réduira la dépendance de l’Europe aux fournisseurs étrangers. Ce plan de cinq ans a aussi pour objectif de relever l’économie espagnole suite aux conséquences de la crise sanitaire. 9,3 milliards d’euros seront alloués à la construction des usines et à leur fonctionnement. La recherche et le développement seront financés à hauteur de 1,1 milliard d’euros et 1,3 milliard d’euros servira à la conception des puces.

La ministre de l’Économie, Nadia Calvino explique que « l’objectif est de développer intégralement la conception et la capacité de production de l’industrie espagnole des semi-conducteurs et de la microélectronique. Cela permettra de couvrir l’ensemble de la chaîne, de la conception des puces jusqu’à leur fabrication. » Elle ajoute que la guerre en Ukraine a souligné le besoin d'autonomie du pays dans le secteur de l'énergie, des technologies et de la cybersécurité.

Des investissements qui viennent aussi de l’étranger

La pénurie de semi-conducteurs causée par la crise sanitaire a poussé l’Europe à revoir sa stratégie économique dans le secteur technologique. En 2021, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé qu’il est temps pour l’Union européenne d’affirmer sa souveraineté numérique. Depuis, un projet de règlement européen sur les semi-conducteurs a vu le jour. L’objectif est de moins dépendre de l’Asie pour se fournir, alors que la demande pour le composant a explosé.

Pour assurer cette souveraineté, une alliance de plusieurs fabricants européens de semi-conducteurs, comme STMicroelectronics et Soitec, a vu le jour en 2021.

Le fabricant de puces, Intel, souhaite investir 80 milliards d’euros sur dix ans pour fabriquer des semi-conducteurs en Europe. Le géant américain a notamment prévu d’injecter 33 milliards d’euros pour bâtir une giga usine en Allemagne et agrandir un site de production irlandais. Intel va aussi ouvrir deux centres de recherche en France, ce qui permettrait à l’hexagone de devenir un acteur incontournable du secteur. Avec l'initiative espagnole, l'ensemble du continent se met à la tâche.