Le fabricant de cartes graphiques, Nvidia, a profité le 24 mai du Computex 2022, grand salon de l’informatique, pour annoncer une version à refroidissement liquide de son GPU A100. Moins énergivore que le refroidissement par air, ce composant est à destination des entreprises. La consommation en électricité pour le refroidissement des serveurs pourrait diminuer d’un tiers avec ce nouveau modèle.

Un GPU Nvidia plus petit et plus performant

Réservé à un usage professionnel, comme pour les centres de données qui donnent accès à des services dans le cloud, le GPU A100 de Nvidia est disponible depuis 2020. À l’occasion du Computex 2022, le fabricant de cartes graphiques a prévu de sortir au troisième trimestre un nouveau modèle avec refroidissement par liquide.

D’après Nvidia, cette nouvelle itération de son GPU devrait rendre les serveurs des entreprises moins énergivores qu’avec le refroidissement par l’air. Cette méthode, encore très répandue, nécessite de réguler la température du bâtiment qui abrite les serveurs. D’après des essais menés par Nvidia, le refroidissement liquide permettrait de réduire la consommation d’électricité de 30%.

Le liquide absorbe mieux la chaleur que l’air. Une fois qu’un liquide est chauffé, il est plus facile de transférer celui-ci ailleurs pour le laisser refroidir. Ce type de refroidissement permet aussi de réduire la taille du composant. Grâce au design du conteneur d’eau, le GPU occupe moitié moins de place que l’ancien modèle.

Les entreprises pourront alors utiliser plus de cartes graphiques pour améliorer les performances de leurs serveurs. Nvidia affirme que les systèmes qui fonctionnent par GPU vont devenir plus efficaces que les serveurs qui dépendent des processeurs, notamment dans le secteur de l’intelligence artificielle.

modèle de GPU A100 refroidi par liquide

Le GPU NVIDIA A100 refroidi par liquide est le premier d'une gamme de GPU. Image : NVIDIA.

Une technologie vraiment moins énergivore ?

Sur le long terme, Nvidia souhaite étendre le refroidissement liquide à d’autres secteurs comme dans les ordinateurs de bord des voitures. Cette annonce laisse entendre que la technologie sera rendue plus accessible auprès du grand public.

Pour l'instant, les particuliers peuvent acheter des unités de refroidissement liquide à installer sur des GPU déjà existants. Il est possible que la prochaine génération de cartes graphiques intégre directement ce système. Le fabricant prévoit de sortir dès l’année prochaine une version à refroidissement liquide de son GPU H100 Tensor Core, plus performant que le A100, et qui servira pour l’apprentissage automatique des intelligences artificielles.

Les centres de données représentent 1% de la consommation d’électricité mondiale. Certains spécialistes expliquent que produire des solutions matérielles moins énergivores ne sera jamais aussi efficace que de diminuer la consommation d’énergie en général. Cela implique de généraliser l’utilisation d’énergies renouvelables pour alimenter les serveurs en permanence.

Le refroidissement par liquide devra aussi faire face au manque d’eau à l’avenir. Microsoft s’est essayé à une autre méthode que celle de Nvidia : plonger les serveurs dans un bain liquide. La réduction de la consommation d’énergie va jusqu’à 15% et selon les chercheurs impliqués dans le projet cette technique réduit l’utilisation de l’eau. En 2019, les centres de données de Google ont consommé 8,7 milliards de litres d’eau dans trois États des États-Unis.