En France, 54% des Directeurs des Systèmes de l’Information (DSI) ne savent pas qu’ils bénéficieraient d’une plus grande agilité et pourraient personnaliser davantage leur expérience client s’ils se dotaient d’une architecture MACH.

C’est ce que révèle un sondage réalisé en novembre 2021 par OpinionWay pour Emakina, commercetools et Fluent Commerce.

Deux cents entreprises de cent salariés et plus et avec au moins un site e-commerce ont été interrogées. Elles sont de différentes tailles, opèrent dans des secteurs d’activité divers, et dans plusieurs régions. L’objectif est d’identifier le niveau de maturité des entreprises françaises face aux architectures dites MACH par rapport aux organisations du reste du monde.

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT DE SONDAGE

Architecture MACH : de quoi parle-t-on ?

“MACH” est l’acronyme pour Micro-services, API-first, Cloud-native et Headless, et correspond à une nouvelle manière de penser et construire l’architecture de son écosystème de business digital. Il s’agit d’une approche innovante permettant d’appréhender le paysage digital d’une marque, mais également d’offrir à ses clients une expérience unifiée sur l’ensemble des points de contact.

Le mécanisme des architectures MACH est bien éloigné de celui des architectures monolithiques, où les plateformes e-commerce sont construites d’un seul bloc. Tous les services sont interdépendants et doivent être compatibles les uns avec les autres pour fonctionner correctement.

MACH offre une gestion par micro-services. Ces derniers sont reliés grâce à des API qui sont hébergées dans le cloud et qui découplent les systèmes entre eux. Cette architecture donne ainsi aux marques la possibilité de concevoir une plateforme e-commerce bien plus flexible, évolutive et agile. Ce rapport d’étude vous permettra de prendre connaissance de l’ensemble des avantages d’un écosystème construit selon les caractéristiques “MACH”.

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT DE SONDAGE

Des entreprises françaises à la traîne

La seconde partie de ce rapport compare l’intérêt des entreprises françaises et étrangères pour l’architecture MACH. Aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, 81% des décisionnaires d’entreprises ont la ferme intention d’augmenter le nombre de solutions MACH au sein de leur architecture IT dans les douze prochains mois (étude de l’Institut MEL Reasearch pour l’alliance MACH). Sur ces marchés, les organisations sont conscientes des bénéfices des architectures distribuées pour leur business. Elles souhaitent désormais passer à l’action.

Les résultats du sondage OpinionWay pour Emakina offrent une tout autre réalité de celle observée à l’étranger. En France, seuls 12 % des interrogés, tous secteurs confondus, déclarent avoir déjà entendu parler des architectures MACH et de ses caractéristiques. Parmi eux, 5% admettent ne pas savoir précisément de quoi il s’agit. Ainsi, le pourcentage de connaisseurs ne s’élève qu’à 7 %. Sur les 12% en ayant entendu parler, 70% estiment même ne pas en avoir besoin.
Les principales raisons évoquées concernent le risque financier pour 48% des sondés, puis le risque d’interruption du service pour 39 %. Pour 4 répondants sur 10, leur absence d’intérêt pour MACH relève d’un manque de connaissance. Cela pourrait s’expliquer par le peu de case studies à ce sujet en France.

Le rapport note toutefois qu’à l’international comme en France, une augmentation de consultations et de projets “full-MACH” est observée depuis fin 2021. Les DSI français semblent encore être en phase d’observation, et n’ont pas encore investi les solutions permettant de penser une infrastructure IT plus flexible et évolutive. Ils se documentent et se renseignent pour, peut-être, se lancer prochainement. Cela s’avère essentiel pour rester compétitif.

Le rapport d’Emakina, commercetools et Fluentcommerce vous permettra d’en apprendre davantage sur le positionnement des sociétés françaises quant à l’architecture distribuée. Il vous sera utile pour comprendre tous les atouts de cette solution.

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT DE SONDAGE