La Chine est le deuxième pays au monde où le plus de bitcoins sont extraits, selon une étude du Cambridge Centre for Alternative Finance (CCAF) du 17 mai. Problème, le minage de bitcoin y est strictement prohibé depuis juin 2021.

Des mineurs de Bitcoin bien caché

La Chine est restée pendant longtemps le leader incontesté du minage de Bitcoin. Le pays représentait entre 65% et 75% de l’extraction de la cryptomonnaie. Ce chiffre est tombé à 0 en juillet-août 2021 après son interdiction.

Selon les données du CCAF, le minage a repris dès septembre 2021. Aujourd’hui, la Chine représente 21,11% du minage derrière les États-Unis, 37,84%. Le pays est devant le Kazakhstan, 13,22%, un temps pays d’accueil de mineur chinois désœuvré, mais, depuis, confronté à des crises politiques et des pénuries d’électricité.

Pour les chercheurs du CCAF, ces résultats « suggèrent fortement qu'une importante activité minière souterraine s'est formée dans le pays ». Ils ajoutent que cela « confirme empiriquement ce que les initiés du secteur supposent depuis longtemps ».

Les mineurs chinois savent comment rester discret, « L'accès à l'électricité hors réseau et les opérations à petite échelle géographiquement dispersées sont parmi les principaux moyens utilisés par les mineurs souterrains pour cacher leurs opérations aux autorités ».

La Chine veut se débarrasser de l’extraction pour des raisons écologiques

Le CCAF précise qu’il est possible que ses chiffres soient biaisés à cause d’un « obscurcissement délibéré ». En clair, que les mineurs utilisent des VPN pour dissimuler leurs emplacements. L’Allemagne et l’Irlande représentent, par exemple, respectivement 3% et 2% du taux d’extraction, sans avoir d’activité particulièrement significative dans le secteur.

Cette précaution prise, les chercheurs estiment que l’impact de ce biais a un impact modéré sur la précision de l’analyse concernant la Chine. Le pays a interdit le minage à cause de son caractère extrêmement énergivore et polluant, l’électricité venant en majorité de centrale à charbon. La Chine en a profité pour développer sa propre monnaie numérique.