Les détenteurs de smartphones Android ne peuvent désormais plus acheter des biens numériques à partir de l’application Amazon. Cette décision du géant de l’e-commerce est une réponse à la nouvelle politique de Google concernant les achats in-app.

Une décision radicale de la part d’Amazon

En effet, Google exigera, dès le 1er juin, que toutes les applications du Play Store utilisent la facturation Google Play pour les achats numériques, permettant à la firme de Mountain View de prélever 30 % de commission sur ces derniers. Les applications ne se pliant pas à cette mesure seront tout simplement retirées du Play Store. Si cette fameuse taxe est en vigueur depuis plusieurs années, Google a décidé de mettre fin à une politique non interventionniste qui permettait effectivement aux entreprises de gérer leurs propres systèmes de facturation.

Néanmoins, certains participants au Media Experience Program de Play bénéficient d’un taux de commission plus bas à 10 %, et Google a annoncé un programme pilote afin que certains développeurs puissent utiliser leurs propres systèmes de facturation. Celui-ci inclut notamment Spotify mais visiblement, pas Amazon. Le géant de l’e-commerce a donc pris une décision radicale.

Désormais, les personnes possédant un smartphone Android ​​et se rendant sur l’application Amazon peuvent encore acheter des livres physiques, mais pas numériques. Dans ce cas, un lien indiquant « Pourquoi ne puis-je pas acheter sur l'application ? » se trouve à la place du bouton d’achat. Ce lien affiche une fenêtre contextuelle précisant : « Pour rester en conformité avec les règles du Google Play Store, vous ne pourrez plus acheter de nouveau contenu à partir de l'application. Vous pouvez établir une liste de lecture sur l'application et acheter depuis le site Web [d'Amazon] à partir de votre navigateur ». C’est également le cas pour le contenu d’Amazon Music, précise Ars Technica.

L'écran d'un iPhone affichant diverses applications.

Amazon refuse de vendre des biens numériques sur iOS depuis 2011. Photographie : James Yarema / Unsplash

La taxe imposée par Google et Apple fait l’objet de nombreuses critiques

Les détenteurs d’iPhone ne peuvent plus acheter de livres numériques sur l’application Amazon depuis 2011, et doivent réaliser leurs achats depuis leur Kindle ou depuis un navigateur Web. Comme Google, Apple prélève une commission de 30 % sur tous les achats in-app, politique vivement critiquée par de nombreux développeurs d’application. De leur côté, les deux géants de la Silicon Valley justifient cette somme en affirmant qu’ils leur offrent un marché sûr et un accès à un immense marché mondial.

Au mois d’avril, Amazon a annoncé qu’elle retirait les achats de livres audio Audible de son application Play Store. Par ailleurs, la librairie Barnes & Noble a elle aussi supprimé la possibilité d'acheter des livres numériques à partir de son application Android. Epic Games, qui s’est lancé dans un bras de fer contre Apple et Google concernant la taxe de 30 %, a aussi protesté contre la nouvelle mesure de la firme de Mountain View en déposant un recours auprès d’un tribunal.

Toutefois, il est peu probable que ces protestations fassent changer d’avis à l’un des deux géants technologiques, ces derniers doivent néanmoins se méfier, car leurs politiques de facturation sont passées au crible par certains régulateurs, notamment car elles peuvent être considérées comme un comportement monopolistique.