Le 6 mai, le fabricant de cartes graphiques a accepté de payer une amende de 5,5 millions de dollars, à la suite d’une enquête de la Securities and Exchange Commission (SEC). En 2018, l’entreprise a délibérément occulté qu’une part importante des ventes de ses GPUs était liée au minage de cryptomonnaies. La société a associé ce succès au secteur du jeu vidéo, induisant les actionnaires en erreur.

Les actionnaires de Nvidia induits en erreur

Sans nier, ni confirmer les accusations de la SEC, Nvidia a accepté de payer l’amende de 5,5 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites, rapporte Reuters. En 2017, le minage de cryptomonnaies avait connu une explosion, entraînant une forte demande pour les cartes graphiques. Dans son rapport financier publié en 2018, Nvidia, spécialiste du domaine, a bien indiqué le succès important de ses GPUs. Cependant, l’entreprise a masqué le nombre de composants vendus aux mineurs de cryptomonnaies. Elle a attribué ces ventes considérables à sa division gaming.

Selon l’organisme de régulation américain, cette décision de Nvidia a induit en erreur les investisseurs. Le marché des cryptomonnaies est très volatil, rendant les investissements risqués. Fin 2018, un crash des cryptomonnaies a donné raison aux inquiétudes des actionnaires. Cela a conduit à une baisse des prévisions de l’entreprise de 500 millions de dollars au quatrième trimestre 2018, poussant les actionnaires à porter plainte.

« Les analystes et les investisseurs de Nvidia voulaient savoir quel était l’impact réel du minage de cryptomonnaies sur les revenus de la société. Ils ont demandé à plusieurs reprises aux responsables quelle était l’ampleur de l’augmentation des revenus de la division gaming causée par le minage de cryptomonnaies », explique la SEC. Malgré ces demandes, Nvidia n’a pas fait le lien entre ces deux secteurs dans son rapport financier.

Une entreprise en bonne santé financière

La SEC précise que des employés en charge des ventes en Chine avaient signalé cette forte demande de cartes graphiques en lien avec le minage. L’organisme de régulation a alors fait le lien entre l’explosion des ventes de GPUs et l’augmentation du gain généré par le minage d’Ether en 2017. À l’époque, la Chine était le premier pays du monde pour le minage de cryptomonnaies. D'où les suspiscions de la SEC. Depuis, le pouvoir chinois a décidé d’interdire toutes les transactions en monnaie numérique.

En 2020, avec la pénurie de semi-conducteurs liée à la crise sanitaire, Nvidia avait bridé les capacités de minage de ses cartes graphiques pour privilégier les joueurs de jeux vidéo. Elle a ensuite sorti une gamme de GPUs dédiée aux cryptomonnaies. The Verge indique que cela n’a pas empêché la marque de continuer à vendre des cartes gaming aux mineurs, rendant encore plus rare le précieux composant. Malgré les problèmes d’approvisionnement, la société déclarait ne pas s’inquiéter pour son avenir.

Nvidia n’a pas à admettre officiellement ses méfaits pour interrompre les poursuites. Elle s’est engagée à mettre fin à tout manquement illégal dans la divulgation d'informations. L’entreprise californienne n’a pas à s’inquiéter pour ses finances. Au quatrième trimestre 2021, elle a annoncé une croissance de 53% de son chiffre d’affaires par rapport à 2020. Cela représente 7,64 milliards de dollars. L’entreprise s’attend aussi à un très bon début d’année 2022.