Les résultats du premier trimestre 2022 ont fait mal à Netflix, avec, pour la première fois en 10 ans la perte d’abonnés. Pour certains des actionnaires de la plateforme, l’entreprise les a trompés en dissimulant ses difficultés. Une plainte a été déposée devant un tribunal fédéral en Californie, le 3 mai, d’après Gizmodo.

Netflix est accusé d’avoir caché des informations à ses actionnaires

Les actionnaires de Netflix sont en colère. Les résultats décevants du premier trimestre divulgué le 19 avril ont abouti à une chute du cours de l’entreprise de près de 35%. Tandis qu’il atteignait un pic en novembre 2021 à 691 dollars l’action, le 20 avril l’action se négociait à 226 dollars.

cours boursier de Netflix

L'annonce des résultats de Netflix a été suivie d'un décrochage en bourse. Source : Google

Pour les plaignants, ce décrochage aurait pu être anticipé. Ils estiment dans leur plainte que la plateforme a violé les lois sur les valeurs mobilières. Dans le détail, ils accusent les dirigeants de Netflix d’avoir livré des « déclarations substantiellement fausses et/ou trompeuses » et d’avoir « omis de divulguer des faits défavorables importants concernant les activités, les opérations et les perspectives de la société ». Ces manquements auraient entraîné des prix par action « artificiellement gonflée ».

La plainte couvre la période allant du 19 octobre 2021 au 19 avril 2022. En octobre, Netflix avait annoncé une forte augmentation de son nombre d’abonnés, de 8,5 millions. Ce sera finalement 8,3 millions. Le 20 janvier la société a admis avoir « légèrement surestimé les ajouts nets payants au quatrième trimestre ».

Ce même jour, Netflix annonce s’attendre à attirer 2,5 millions d’abonnés supplémentaires au 1er trimestre. Une perspective jugée décevante par rapport aux 4 millions de comptes créés à la même période l’année précédente. La suite est connue, le 19 avril Netflix avouera avoir perdu 200 000 abonnés au 1er trimestre et s’attendre à en perdre en tout 2 millions au second trimestre.

Pour la plateforme de streaming, les raisons de cet échec sont multiples : départ de Russie, à la suite de la guerre en Ukraine, le partage de comptes et la concurrence. Des mesures ont été prises immédiatement. Une expérimentation est menée pour mettre fin au partage de mot de passe, l’intégration de la publicité est en réflexion, des licenciements ont été opérés et des coupes budgétaires ont été imposées aux contenus originaux de Netflix.

Une plainte qui pourrait prendre de l’ampleur

Trop court pour Fiyyaz Pirani, administrateur d’Imperium Irrevocable Trust, actionnaire et initiateur de la plainte. De son point de vue, les actionnaires ont été flouées par la direction de Netflix. Sa plainte vise nommément les directeurs généraux Reed Hastings et Ted Sarandos, ainsi que le directeur financier Spencer Neumann.

Il espère transformer sa plainte en Class Action en mobilisant à ses côtés des centaines de milliers de personnes, celles ayant échangé des millions d’actions entre octobre 2021 et avril 2022. Il demande des dommages et intérêts d’un montant inconnu.