Le fondateur de Facebook et PDG de Meta a misé le futur de son entreprise sur un nouvel internet, où les smartphones ne seront plus. La présentation de ses résultats financiers du premier trimestre 2022, laisse entendre que les investissements vont être conséquents, avec des retours pour la prochaine décennie.

Meta met la patience de ses actionnaires à rude épreuve

Pour la première fois de son histoire, Meta, anciennement Facebook, présente une croissance de son chiffre d’affaires inférieure à 10% pour n’atteindre qu’un petit 27,9 milliards de dollars (+7%). Si ce résultat pourrait être difficile à assumer, l’entreprise prévient qu’il pourrait ne pas y avoir de croissance du tout au second trimestre 2022. Afin de ravir encore plus ses investisseurs, Meta a annoncé des bénéfices en baisse de 21%. Ils étaient de 9,5 milliards de dollars au 31 mars 2021, ils sont à 7,5 milliards pour ce trimestre.

Ces performances auxquelles la Bourse n’est pas encore habituée suivent de près les résultats annuels du groupe qui avaient conduit à importante chute du cours. Meta avait perdu un quart de sa valorisation en annonçant une perte d’utilisateurs.

Alors que TikTok explose comme réseau social phare, la société de Mark Zuckerberg voit ses applications annexes comme Instagram et WhatsApp afficher une croissance moindre. Elles sont parfois contraintes de s’inspirer de la concurrence, quitte à forcer l’adoption d’usages jusque sur Facebook. Meta se détourne aussi de son cœur de métier pour développer des produits à la pointe de la technologie, qui doivent permettre à ses utilisateurs de plonger dans le métavers.

Aperçu du gant haptique

Le Reality Labs travaille sur un gant haptique, qui permettrait de ressentir les objets manipulés dans un monde virtuel. Image : Reality Labs

Cependant, ils nécessitent des milliards d’investissements en recherche et développement. La division Reality Labs qui les façonne aurait coûté à l’entreprise près de 3 milliards de dollars ces trois derniers mois, et 10 milliards l’année dernière. Cependant, le PDG de Meta s’est dit « confiant dans les opportunités et la croissance à long terme que notre plan de développement de produits permettra d’atteindre. » Pour soutenir ce projet, il a ouvert non loin du Reality Labs un point de vente avec l’ensemble de ses produits.

Au-delà des produits qui permettre de se rendre dans le métavers, il y a aussi la conception de cet univers virtuel, pour l'instant connu sous le nom d'Hoziron Worlds. « Je reconnais que c'est coûteux de construire ceci. C'est quelque chose qui n'a jamais été construit auparavant, » explique Mark Zuckerberg. « Cela jette les bases de ce que j'espère être une année 2030 très excitante. » Mais les actionnaires feront-ils le même pari que Meta.