Le 27 avril 2022, Airbus a annoncé la signature d'un partenariat avec la compagnie aérienne italienne ITA Airways. L'objectif de ce rapprochement est de réfléchir sur la création d'un service de mobilité aérienne urbaine à l'aide d'aéronefs électriques à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL) sans pilote, tout en identifiant des cas d'usages stratégiques où ces appareils pourraient être exploités.

Un partenariat mettant le client au centre de la mobilité aérienne urbaine

Fondée en 2021, la compagnie ITA Airways a tout de suite marqué le pas en annonçant son intérêt pour la mobilité aérienne urbaine et la décarbonation du transport aérien. En se rapprochant d’Airbus, la firme montre une nouvelle fois son intérêt : « Avec cet accord, notre partenariat s'étend au segment de la mobilité aérienne urbaine pour une offre plus large, centrée sur le client, innovante et durable pour nos clients », précise Alfredo Altavilla, président d'ITA Airways.

Pour Guillaume Faury, PDG d'Airbus, « Cet accord [...] est l'occasion de tirer parti de notre ambition commune - être un pionnier de l'aérospatiale durable - et de faire progresser de nouvelles solutions de mobilité aérienne pour un vol vertical à zéro émission en faveur de nos villes et de nos communautés au cours de cette décennie ». Depuis 2017, Airbus travaille activement sur plusieurs prototypes de taxis volants. Vahana est sa première création du genre avant qu'en septembre 2021, l'entreprise ne présente son second aéronef : l'eVTOL CityAirbus NextGen.

Vahana

Démonstration de Vahana en 2017. Photographie : Airbus.

Comment va s'articuler ce partenariat entre Airbus et ITA Airways ?

Avec l'apport d'Airbus, les services de mobilité aérienne urbaine seront développés autour du CityAirbus NextGen, disposant de huit propulseurs électriques et d'une voiture fixe. Il peut transporter jusqu'à quatre passagers, dont un pilote, peut voler sur une distance d'environ 80 kilomètres en un seul coup, tout en atteignant une vitesse de pointe de 120 km/h. Si pour l'instant, ce véhicule volant est en phase de test, son premier vol officiel est prévu pour 2023.

Ce partenariat est aussi l'occasion de montrer aux acteurs locaux de la mobilité qu'Airbus et ITA Airways sont prêts à se lancer dans un projet de cette envergure. Avec leur aide, ils vont devoir identifier des cas d'usages concrets et favoriser l'acceptabilité du projet auprès du grand public qui peut se montrer réticent quant à l'arrivée d'eVTOL dans le ciel de leurs villes. L'eVTOL d'Airbus pourrait par exemple être utilisé pour des services d'urgence, pour le transfert de passagers d'un aéroport vers le centre-ville, etc.

En octobre 2021, l'aéroport de Nice, associé à plusieurs aéroports italiens, a annoncé leur ambition de lancer leur service de mobilité aérienne urbaine avec des eVTOL. Si à la base, Airbus avait annoncé sa volonté de lancer ses taxis volants pour les JO de Paris dans le but de relier l'aéroport Paris - Charles de Gaulle à la capitale, la RATP, l'ADP et Choose Paris (partenaires d'Airbus dans ce projet), ont revu leurs ambitions en se proposant de réaliser des démonstrations de VTOL et eVTOL à l'occasion de cet évènement.

Pour l'agence européenne de la sécurité aérienne, l'usage commercial des taxis volants devrait débuter à la fin de l'année 2025 au plus tard.