Amazon a dévoilé le lancement d’une nouvelle fonctionnalité permettant aux vendeurs tiers d’exploiter son vaste réseau logistique pour les commandes réalisées sur leur propre site. De cette manière, le géant de l’e-commerce viendrait directement concurrencer les numéros 1 de la livraison outre-Atlantique à l’instar de FedEx ou de UPS.

Utiliser Amazon Prime pour son propre site

Le nouvel outil est baptisé Buy with Prime et comme son nom l’indique, il va permettre aux commerçants participants d’utiliser le service d’Amazon Prime pour des produits mis en vente sur leur site et donc d’attirer les quelque 200 millions d’abonnés au service Prime. Ces sites web pourront afficher le badge Prime à côté des articles pouvant bénéficier d'une livraison gratuite le jour même ou le lendemain, tandis que les membres Prime pourront utiliser les informations de paiement et de livraison stockées sur leur compte Amazon pour passer une commande, explique CNBC.

Pour commencer, Buy with Prime ne sera disponible que sur invitation avec une poignée de vendeurs qui utilisent Fulfillment by Amazon, ou FBA. Il s’agit d’un service payant leur permettant de stocker leur marchandise dans les entrepôts Amazon ainsi que d’utiliser la chaîne d'approvisionnement et les opérations d'expédition de l'entreprise. À terme, ce service sera étendu à d'autres marchands, y compris ceux qui ne vendent pas sur Amazon. Là aussi, il sera payant avec un montant variant selon, entre autres, le traitement des paiements, de l'exécution des commandes et du stockage.

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon propose un service de la sorte. Auparavant, la firme permettait à ses chauffeurs de récupérer les colis chez les détaillants pour les livrer aux consommateurs. Ce dernier a néanmoins dû être interrompu au début de la pandémie lorsqu’Amazon s’est retrouvée submergée par les commandes en ligne. Par ailleurs, elle dispose d’un programme baptisé Multi-Channel Fulfillment qui permet aux vendeurs de stocker et d'expédier des produits en utilisant les services d'Amazon, qu'ils vendent ou non sur le site d'origine.

Un entrepôt Amazon

Certains vendeurs tiers peuvent déjà stocker leur marchandise dans les entrepôts Amazon grâce à un service payant. Photographie : Ruchindra Gunasekara / Unsplash

Numéro 1 de l’e-commerce, numéro 1 du cloud computing… et numéro 1 de la livraison ?

Depuis plusieurs années, l’entreprise multiplie les efforts afin d’améliorer ses services de livraison et de les rendre plus rapides. Elle réinvestit ainsi ses bénéfices dans son expansion physique, en développant ses centres de traitement des commandes et ses partenariats d'expédition afin de proposer des livraisons le jour même ou en deux jours sur davantage de marchés. Amazon s'est en outre dotée d'une importante flotte de chauffeurs, de camions et d'avions pour livrer rapidement les colis.

Même si la firme a connu des échecs à l’instar de Prime Air, ces efforts sont payants puisqu’au dernier trimestre, les services aux vendeurs tiers, qui comprennent les commissions, les frais d'exécution et d'expédition, ainsi que d'autres services, ont augmenté de 11 % par rapport à la même période de l’année précédente. Ils ont atteint les 30,3 milliards de dollars de revenus. À terme, Buy with Prime pourrait également devenir une importante machine à revenus pour l’entreprise.

« Si vous y pensez, l'une des entreprises les plus prospères d'Amazon a été lancée en tant qu'outil interne. Il s'agit d'AWS [Amazon Web Services], bien sûr. Ils ont construit cette énorme entreprise de logistique initialement pour leurs propres besoins et maintenant, ils commencent à en faire leur propre service », explique ainsi Bob O'Donnell, fondateur et analyste en chef de Technalysis Research.

L’année dernière, Dave Clark, PDG d'Amazon pour les consommateurs, a déclaré qu'Amazon deviendrait le plus grand service de livraison des États-Unis d'ici début 2022. Il pourrait ainsi devenir le numéro 1 devant le service postal américain, FedEx ou encore UPS.