Une plainte a été déposée contre Elon Musk au sujet de sa prise de participation dans Twitter. Le plaignant, un investisseur de Twitter, lui reproche de ne pas avoir notifié son investissement assez tôt auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Un retard qui a probablement engendré un manque à gagner pour de nombreux investisseurs.

Le milliardaire est visé par un recours collectif

Le 4 avril 2022, Elon Musk a officialisé sa prise de participation dans Twitter. Le milliardaire a pris 9,2% des actions de Twitter, l'équivalent de 2,6 milliards d'euros. Avec 73 486 938 titres, le PDG de Tesla et de SpaceX est devenu en quelques secondes le premier actionnaire du réseau social. Oui mais cela n'a vraisemblablement pas été fait dans les règles de l'art. En effet, la prise de participation de Musk dans Twitter aurait débuté en janvier pour atteindre les fameux 9,2% le 14 mars.

Selon la loi fédérale américaine, les investisseurs disposent de 10 jours pour informer la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier national. Elon Musk a dépassé ce délai et cela a probablement engendré un manque à gagner pour les autres investisseurs. C'est en tout cas l'objet d'un recours collectif dont Elon Musk est la cible. Elon Musk aurait dû informer la SEC avant le 24 mars. Selon le plaignant, ce retard aurait également permis à Elon Musk de s'enrichir aux dépens d'autres investisseurs.

Elon Musk a-t-il manipulé le cours de la bourse ?

Le recours collectif mentionne des gains allant jusqu'à 156 millions de dollars pour Musk, sur cette période. La plainte indique que « les investisseurs qui ont vendu des actions de Twitter entre le 24 mars 2022, lorsque Elon Musk était tenu d'avoir divulgué sa propriété de Twitter, et avant la divulgation effective du 4 avril 2022, ont raté l'augmentation du prix de l'action qui en a résulté lorsque le marché a réagi aux achats d'Elon Musk et ont été affectés de ce fait ». En effet, quand Musk a officialisé sa prise de participation, les actions de la société sont passées de 39,91 dollars à 49,97 dollars : une augmentation d'environ 27%.

En gardant le silence sur sa participation croissante dans Twitter, Musk a pu maintenir artificiellement le prix de l'action à la baisse. De nombreux investisseurs auraient donc vendu des actions à des prix « artificiellement dégonflés ». Ce n'est pas la première fois qu'Elon Musk est accusé de jouer avec le cours de la bourse. En 2018, la Securities and Exchange Commission (SEC) poursuivait déjà Elon Musk suite à des déclarations « fausses et trompeuses » après que le milliardaire ait annoncé vouloir retirer Tesla de la bourse américaine. À l'époque, il avait écopé d'une amende de 17 millions d'euros.