Après Microsoft, c’est au tour de Sony et de Nintendo de cesser de facturer les abonnements non utilisés à leurs services de jeux vidéo au Royaume-Uni. Une victoire pour la Competition and Markets Authority (CMA), l’agence luttant contre les pratiques anticoncurrentielles et pour le bien des consommateurs outre-Manche.

Sony et Nintendo répondent à une vaste enquête

En 2019, l’organisme a lancé une enquête sur le secteur du gaming, et plus particulièrement sur les abonnements à des services de jeux en ligne pour lesquels les consommateurs continuent automatiquement de payer jusqu'à ce qu'ils prennent des mesures pour mettre fin à leur contrat. Il s’est montré préoccupé par le fait que les gens pouvaient être contraints de payer pour des services qu'ils ne voulaient plus ou n’utilisaient plus. En plus des renouvellements automatiques à ces services de jeux vidéo, l’enquête s’est aussi portée sur la difficulté d'obtenir des remboursements et sur des conditions d'abonnement potentiellement abusives.

Dans un communiqué, la CMA affirme avoir finalement obtenu gain de cause puisque Sony a accepté de mettre en place des mesures pour protéger ses clients qui n'ont pas utilisé leurs abonnements PlayStation Plus depuis longtemps mais qui continuent de le payer. Ainsi, « Sony contactera ces clients pour leur rappeler comment arrêter les paiements et, s'ils continuent à ne pas utiliser leurs abonnements, Sony cessera finalement d'accepter les paiements », assure la CMA.

L’agence s’est également entretenue avec Nintendo. Au cours de l'enquête, la firme nippone a modifié ses pratiques commerciales afin que le service en ligne de la Nintendo Switch ne soit plus vendu avec le renouvellement automatique comme option par défaut.

Une femme joue à la PlayStation.

Sony a pris des mesures pour que les comptes PlayStation Plus non utilisés ne soient plus payés au Royaume-Uni. Photographie : Anton Shuvalov / Unsplash

Microsoft également concernée

« L'annonce d'aujourd'hui met donc fin à nos enquêtes sur le secteur du jeu vidéo en ligne. Les entreprises des autres secteurs qui proposent des abonnements à renouvellement automatique doivent revoir leurs pratiques pour s'assurer qu'elles sont conformes à la législation sur la protection des consommateurs », a déclaré Michael Grenfell, directeur exécutif de l'application de la loi à la CMA.

Au mois de janvier dernier, c’était en effet Microsoft qui se pliait aux exigences de l’agence avec un accord similaire à celui de Sony concernant les abonnements Xbox Live Gold et Game Pass. Pour l’heure, ces décisions des trois mastodontes du jeu vidéo ne s’appliquent qu’au Royaume-Uni… Reste à voir s’ils étendront ces pratiques loyales envers les consommateurs à d’autres zones géographiques.