Samsung a présenté aujourd’hui les prévisions de ses premiers résultats trimestriels de 2022. En attendant une consolidation et une annonce plus réglementaire le 28 avril, l’entreprise sud-coréenne s’attend à réaliser un bénéfice d’exploitation de 14 100 milliards de wons, soit 10,64 milliards d’euros. C’est une augmentation de 50% comparée au même trimestre de 2021.

Son chiffre d’affaires devrait également augmenter, pour s’approcher des 77 billions de wons, soit près de 58 milliards d’euros. Une progression moins forte que ses bénéfices, +18%.

L’annonce de ses résultats du premier trimestre 2022 est déjà très attendue. De par ses différentes activités, les finances de Samsung sont un bon indicateur de la santé du secteur des technologies. D’un côté, elle produit des produits électroniques (smartphones, tablettes, télévisions …), de l’autre elle fournit des composants à des grands noms du secteur, à l’instar d’Apple, ou Sony.

À l’occasion du dernier trimestre 2021, le géant sud-coréen est devenu le premier fabricant de semi-conducteurs du monde, dépassant ainsi l’américain Intel. Le déséquilibre entre l’offre et la demande, notamment pour les puces mémoire, dont Samsung a fait son expertise, a très vite fait progresser les bénéfices de cette activité, malgré une hausse du coût des matières premières. Le premier trimestre 2022, devrait voir cette tendance maintenue, avant une baisse des prix de vente attendue d’ici mai. Néanmoins, les lourds investissements consentis pour augmenter et moderniser sa production de semi-conducteurs portent déjà leurs fruits.

Également, la sortie de son dernier smartphone, le Galaxy S22, devrait être point positif supplémentaire. Lancé en février, il connaît un meilleur départ que son prédécesseur avec des ventes 20% plus importantes sur les six premières semaines de commercialisation.

Seule ombre au tableau de Samsung, le conflit opposant l’Ukraine à la Russie. Le mois dernier, l’entreprise, comme beaucoup d’autres, a annoncé suspendre ses exportations vers le pays. Elle y détient pourtant 30% de parts du marché des smartphones. À voir si cela se ressentira sur ses performances financières.