C'est une excellente nouvelle pour Arianespace qui voit son carnet de commandes se remplir grâce aux ambitions d'Amazon. La fusée européenne Ariane 6 effectuera 18 lancements pour mettre les satellites de l'entreprise de Jeff Bezos en orbite terrestre basse.

Amazon veut mettre 3 236 satellites en orbite terrestre basse

Amazon accélère le déploiement de sa constellation destinée à fournir une solution d'Internet haut débit. Le géant américain vient de signer trois contrats majeurs avec United Launch Alliance, Arianespace, et Blue Origin. Trois sociétés spatiales qui seront chargées d'effectuer des lancements pour le compte de la société américaine. C'est tout simplement le plus gros contrat commercial spatial jamais conclu. Au total, Amazon a commandé 83 lancements auprès de ces trois sociétés.

Dans le détail, Amazon a prévu 18 lancements avec la nouvelle fusée européenne Ariane 6, 12 lancements avec la fusée New Glenn de Blue Origin, avec une option pour 15 lancements supplémentaires et 38 lancements avec la fusée Vulcan de la United Launch Alliance. Comme vous pouvez le constater, la société américaine n'a pas passé commande auprès de SpaceX, son plus grand concurrent dans le domaine spatial. Avec le projet Kuiper, Amazon veut constituer une constellation des 3 236 satellites.

Une bonne nouvelle pour l'Europe et Arianespace

Au lancement du projet, il y a deux ans, Dave Limp, VP senior chez Amazon, expliquait dans un communiqué de presse que « nous avons entendu tant d'histoires ces derniers temps sur des personnes qui sont incapables de faire leur travail ou de terminer leurs études parce qu'elles n'ont pas d'internet fiable à la maison. Il y a encore trop d'endroits où l'accès au haut débit n'est pas fiable ou n'existe pas du tout. Kuiper va changer cela ». Sur le papier, le projet Kuiper est exactement le même que Starlink, la constellation de SpaceX (avec 4 ans de retard).

Les accords qui vient d'être conclus reflètent l'engagement d'Amazon dans le projet Kuiper. En réalité, il s'agit d'un accord extrêmement important, avec des effets très positifs pour l'industrie spatiale aux États-Unis mais aussi en Europe, notamment pour Arianespace. La société américaine n'a pas voulu parler du coût de cette opération, mais les experts estiment que la société déboursera au minimum 10 milliards d'euros pour ces 83 lancements.

Néanmoins, le projet Kuiper aura du mal à rattraper Starlink parce qu'Amazon ne dispose pas de sa propre fusée et que personne ne peut rivaliser avec la Falcon 9 de SpaceX en termes de prix et de cadence de lancement. La concurrence qui va s'installer entre Arianespace, Blue Origin et United Launch Alliance devrait être bénéfique à l'induite spatiale.