Le 21 mars 2022, un tribunal russe a estimé que l'entreprise de Mark Zuckerberg, Meta, s'était rendue coupable « d'activité extrémiste ». Si les réseaux sociaux Facebook et Instagram sont déjà interdits sur le sol russe, WhatsApp peut (pour le moment) encore continuer de fonctionner.

Les réseaux sociaux de Meta officiellement bannis de Russie

C'est dans un communiqué de presse que le tribunal de district Tverskoi de Moscou a annoncé le verdict du procès qui se tenait contre Meta. Un procès intenté par les procureurs de l'État pour faire valoir l'interdiction des activités de la société américaine sur le territoire russe. Le 21 mars, en fin de journée, le régulateur des communications Roskomnadzor a déclaré que les réseaux sociaux Facebook et Instagram seraient officiellement exclus de la liste des entités étrangères autorisées à opérer sur Internet en Russie.

La décision du juge oblige également les médias à qualifier Meta et segrs réseaux sociaux de « plateformes extrémistes ». Il leur est également interdit d'afficher leurs logos. Par le passé, la Russie avait déjà qualifié d'autres organisations « d'extrémistes », mais il s'agissait de groupes comme les Talibans ou l'État islamique. Le pays a ensuite étendu cette qualification aux Témoins de Jéhovah ou encore à la Fondation d'Alexeï Navalny. Aujourd'hui, c'est bien une entreprise américaine qui est qualifiée comme telle.

80 millions de russes utilisaient Instagram

L'interdiction de Facebook en Russie concerne 7,5 millions d'utilisateurs, tandis qu'Instagram rassemble plus de 80 millions d'utilisateurs en Russie. Avec ses 67 millions d'utilisateurs, WhatsApp va continuer de fonctionner pour le moment sur le territoire russe. Selon certains observateurs, le gouvernement pourrait mettre en place une stratégie qui vise à « ne pas fermer tous les services d'un seul coup, mais progressivement, pour que les russes s'y habituent lentement » afin d'éviter de prendre des décisions trop impopulaires. L'application WhatsApp finira certainement par être bloquée.

Cette décision permet simplement d'officialiser l'interdiction des réseaux sociaux de Meta car dans les faits ils sont déjà interdits depuis plusieurs semaines. Une analyse du trafic Internet mobile effectuée lundi en Russie montre que Telegram, une application déjà populaire en Russie, a dépassé WhatsApp pour devenir l'outil de messagerie le plus utilisé. Selon Pavel Chikov, un avocat russe spécialisé dans les droits de l'homme, a justement déclaré sur Telegram que le simple fait « d'acheter des publicités sur les deux réseaux sociaux ou de faire l'acquisition d'actions de Meta pourrait être qualifié de financement d'une activité extrémiste. C'est dorénavant une infraction pénale ».