General Motors vient d’annoncer le rachat pour 2,1 milliards de dollars de la participation de SoftBank dans son entreprise de conduite autonome, Cruise. Désormais, le constructeur originaire de Detroit détient 80 % des parts de la firme qu’il a racheté en 2016.

SoftBank en difficulté

En plus de cette acquisition, General Motors a annoncé un investissement supplémentaire d’1,35 milliards de dollars dans Cruise, pour remplacer le financement promis par SoftBank en février lorsque l’entreprise a déployé un service de robotaxis sans chauffeur de sécurité à San Francisco, en Californie.

Du côté de SoftBank, cette vente révèle les grandes difficultés financières rencontrées par le géant japonais. Touché de plein fouet par la chute des valeurs des actions publiques et des entreprises privées en phase terminale, le groupe souhaite vendre une importante partie de ses actifs afin de se remettre sur pied, l’échec du rachat d’ARM par Nvidia l’ayant en outre impacté de manière très négative.

Désormais, SoftBank veut se concentrer sur des solutions rentables sur le court terme.

Cruise ne sera pas introduite en bourse pour le moment

« Nous sommes extrêmement heureux d'annoncer que GM tire parti de la force de son bilan pour saisir l'occasion d'augmenter sa participation au capital de Cruise et de faire progresser notre stratégie intégrée de véhicules autonomes. Nous continuons de croire que notre investissement représente une opportunité extraordinaire de création de valeur à long terme pour les actionnaires. Notre position d'investissement accrue non seulement simplifie la structure de l'actionnariat de Cruise, mais fournit également à GM et Cruise un maximum de flexibilité pour poursuivre la voie la plus créatrice de valeur pour commercialiser et libérer le plein potentiel de la technologie de conduite autonome », a déclaré Mary Barra, PDG de General Motors, dans un communiqué de presse.

Comme l’explique Bloomberg, cet accord consolide la propriété et le contrôle de Cruise par General Motors et surtout, il renverse un jeu de diversification du capital lancé par l'ancien directeur général Dan Ammann, licencié en décembre après avoir fait pression pour une introduction en bourse. Mary Barra et Kyle Vogt, le fondateur de Cruise qui a remplacé Ammann au poste de PDG de l’unité de conduite autonome, ont ainsi déclaré qu'une introduction en bourse n'était pas prévue pour le moment et ne le sera probablement pas de sitôt.

Vogt préfère se concentrer sur les activités de son entreprise plutôt que de l’introduire en bourse pour le moment, démarche qu’il qualifie de « distraction ».

Cruise se concentre sur ses activités

« La poursuite du partenariat entre Cruise et GM, ainsi que la solidité financière et l'échelle de production de GM, sont des facteurs importants et des différentiateurs clés pour Cruise alors que nous accélérons nos progrès et entrons dans la prochaine phase de commercialisation », a-t-il déclaré.

Cruise vient de devenir la toute première entreprise à proposer un service de taxis autonomes sans aucun chauffeur de sécurité aux États-Unis. En plus de General Motors, l’entreprise a également établi des partenariats avec Hyundai, Microsoft et Walmart.