L’Association chinoise de l’industrie des semi-conducteurs, qui représente 744 entreprises, a publié les chiffres 2021 du secteur le 9 mars. Le secteur des puces a atteint 1,05 billion de yuans (environ 150 milliards d’euros), en augmentation de 18,2% par rapport à 2020. La croissance la plus élevée depuis 3 ans, pourtant les faiblesses de la Chine dans le domaine demeurent.

Les semi-conducteurs en plein boom !

Dans le détail, la fabrication est en plus forte croissance, 24,1%, avec 317,6 milliards de yuans de ventes (45 milliards d’euros). Les secteurs de la conception et du conditionnement ont respectivement progressé de 19,6% et de 10,1%. Du côté de la production, le Bureau national des statistiques de Chine a avancé le chiffre de 359,4 milliards de puces en 2021, en hausse de 33,3%.

Le South China Morning Post rapporte, depuis Hong Kong, l’existence d’un vrai bouillonnement du monde chinois des semi-conducteurs. Poussée par les tensions commerciales avec les États-Unis, la Chine s’est donné pour objectif d’atteindre l’autosuffisance dans une période de pénurie mondiale de pièces.

Une politique volontariste est menée en ce sens. Subventions, avantages sur l’approvisionnement, politiques préférentielles, ont suscité un boom des investissements et pourraient, à terme, favoriser l’émergence de grands fournisseurs locaux. En 2020, 50 000 entreprises liées au semi-conducteur avaient été créées.

81 sociétés cotées en Chine ont mis en place des fonds industriels en 2021. Dans plus de 60% des cas ils visent à acquérir ou fusionner avec des entreprises de semi-conducteurs. Au cours de l’année précédente, le gouvernement a fièrement annoncé 28 nouveaux projets de fabriques, pour la rondelette somme de 26 milliards de dollars.

Les faiblesses profondes de la Chine

Ces bonnes nouvelles pour la Chine ont toutefois une face cachée. Tout d’abord, la profusion de nouveaux acteurs opportunistes peut entraîner la dispersion de l’énergie du pays et son argent dans la course à l’autosuffisance.

Surtout, les usines construites en Chine fabriquent essentiellement des semi-conducteurs bas de gamme. Le conflit commercial avec les États-Unis a fermé à l’Empire du Milieu son accès aux technologies de productions de pointes et aux puces les plus avancées du marché.

Ce retard se ressent dans la balance commerciale chinoise du secteur, très négative. La valeur des exportations du pays a augmenté de 32% en 2021, atteignant 153,8 milliards de dollars. Loin des importations, également en progression, de 23,6%, dont la valeur est de 432,6 milliards de dollars selon les chiffres officiels des douanes locales.

Tant que la Chine ne sera pas parvenue à obtenir le savoir-faire technologique suffisant pour créer les semi-conducteurs les plus avancés, l’autosuffisance restera un doux rêve. Bien conscients de la faille de leur grand rival, les États-Unis font tout pour compliquer la tâche de Pékin.