Niantic, le très heureux géniteur de Pokemon Go, a annoncé le 10 mars le rachat de 8th Wall. Fondée en 2016, l’entreprise propose des outils pour aider les développeurs à créer simplement des effets de réalité augmentée.

La réalité augmentée au service du « métavers du réel »

8th Wall est l’une des premières plateformes de développement de réalité augmentée en ligne au monde. Elle est compatible avec les smartphones iOS et Android, les ordinateurs, les casques AR/VR. Elle revendique avoir permis la création de 50 000 expériences en réalité augmentée, dont une partie au service d’entreprises de premier plan : LEGO, Netflix, Microsoft, Dior, Nike.

Son fondateur et PDG, Erik Murphy-Chutoria revendique cette raison d’être de sa société, « Nous avons commencé 8th Wall pour construire une puissante technologie de vision par ordinateur qui permettrait aux développeurs de créer des applications de RA pouvant fonctionner partout de manière transparente ».

Ce discours a de quoi attirer l’attention de John Hank, le fondateur et PDG de Niantic. Ce dernier avait pris position pour un « métavers du monde réel ». En opposition de la démarche de Meta, avant même la réorientation stratégique de Mark Zuckerberg, il défend l’idée d’un numérique en communion avec les activités en extérieur.

Quoi de plus logique, stratégiquement, pour une entreprise qui a bâti son succès sur la toujours très lucrative expérience Pokemon Go. Niantic se voit au cœur du développement de la réalité augmentée comme l’explique Brian McClendon, senior vice-président de l’ingénierie, la cartographie et la réalité augmentée de Niantic, « Avec notre plateforme Lightship, lancée mondialement en novembre dernier, nous offrons à tous les développeurs la plus grande toile immersive du monde pour donner vie à leurs créations à grande échelle ».

Niantic et 8th Wall semblent faits pour s’entendre

Niantic a vécu des échecs, notamment avec le petit frère de Pokemon Go, Harry Potter Wizards Unite. Cela n’empêche pas l’entreprise de croire profondément au potentiel de la réalité augmentée.

La cohérence de l’opération menée par Niantic saute aux yeux, « 8th Wall complète grandement notre vision pour Lightship, et nous prévoyons d'étendre les outils de notre plateforme de développement avec leur technologie WebAR éprouvée », décrypte Brian McClendon.

8th Wall gardera son autonomie une fois l’affaire conclue. Les détails financiers du rachat n’ont pas été dévoilés. Niantic en a en tout cas les moyens, grâce à la levée de 300 millions de dollars auprès de Coatue en novembre. L’entreprise est aujourd’hui valorisée à 9 milliards de dollars.