Nvidia a annoncé un investissement de 10 millions de dollars dans Serve Robotics, entreprise spécialisée dans les robots livreurs mise en place par Uber après son acquisition de Postmates en 2020. Ce financement devrait renforcer le partenariat déjà existant entre les deux sociétés.

Les robots de Serve Robotics intègrent des technologies Nvidia

Plusieurs approches existent pour faire naviguer un robot livreur. Si certaines entreprises privilégient des opérateurs à distance pour conduire les appareils à leur destination, Serve Robotics a fait le choix du 100 % autonome, ce qui requiert une technologie très développée, d’autant plus sur les trottoirs comme l’explique Ali Kashani, cofondateur et PDG de Serve Robotics : « Le trottoir est plus chaotique que la rue. Nous avons même interagi avec des chèvres. Le caractère aléatoire de ce que vous voyez sur un trottoir est d'un ordre de grandeur supérieur à celui de la route. Si vous y réfléchissez, sur la route, les voitures ont un ensemble distinct d'actions - elles changent de voie, elles freinent et accélèrent. Lorsque vous arrivez sur le trottoir, tout peut arriver à tout moment, et vous devez être prêt à le faire. Donc, d'une manière intéressante, c'est en fait plus difficile. L'avantage, bien sûr, est que les choses arrivent plus lentement et que vous avez plus de temps pour réagir ».

Pour se déplacer efficacement, les robots de Serve Robotics sont ainsi équipés de la plateforme IA Jetson Edge de Nvidia. La startup utilise également les outils de perception et de cartographie de Nvidia, qui aident ses robots à comprendre où ils se trouvent dans l'environnement et où ils doivent se rendre. Par ailleurs, Serve Robotics teste ses modèles en simulation avant de les mettre sur les routes, ce qui, comme les tests dans le monde réel, nécessite des dizaines de données et des cartes de villes photoréalistes. Ici aussi, Nvidia fournit des outils de génération de données synthétiques pour l'entraînement de modèles de perception, explique TechCrunch.

Un robot livreur de Serve Robotics.

Les robots de Serve Robotics sont capables d'opérer dans des zones spécifiques sans opérateur à distance. Image : Serve Robotics

« L'investissement de Nvidia est ancré dans un partenariat de longue date avec Serve qui utilise diverses technologies de notre part, de la périphérie aux technologies basées sur le cloud. Ce qui nous enthousiasme, c'est la perspective de travailler en étroite collaboration avec Serve pour repousser les limites de ce qui est possible sur les problèmes de livraison du dernier kilomètre », a déclaré Gerard Andrews, responsable senior du marketing produit de la robotique chez Nvidia, au média américain.

Gagnant-gagnant

Les différents outils de Nvidia utilisés par Serve Robotics font partie d’une suite baptisée Isaac et spécialement pensée pour la simulation et la gestion robotique de la flotte. Grâce à sa collaboration avec Serve, elle espère améliorer son produit.

« Nous nous considérons comme une entreprise qui est à la pointe de l'autonomie et qui met à l'échelle de véritables robots autonomes dans le monde réel. Nvidia est l'une des entreprises les plus critiques pour l'espace robotique dans son ensemble, et ils investissent également dans les outils, donc il est tout à fait logique pour nous de travailler en étroite collaboration étant donné que c'est un espace en développement », a affirmé Ali Kashani.

Cet investissement de la part de Nvidia, qui a récemment vu ses revenus augmenter de 53 %, démontre tout l’intérêt du secteur de la tech pour les robots livreurs, solutions de plus en plus testées outre-Atlantique et d’ores et déjà présentes dans plusieurs États du pays.