À leur tour, les grandes entreprises technologiques occidentales prennent des mesures pour isoler un peu plus la Russie en réponse à l'invasion de l'Ukraine. Dans la nuit du 1er au 2 mars, Apple a officialisé une série de mesures particulièrement strictes contre la Russie, et notamment la suspension de la vente de tous ses produits (iPhone, Mac, iPad) dans le pays.

Les revendeurs de produits Apple en Russie ne peuvent plus passer de nouvelles commandes

Le 25 février 2022, Mykhailo Fedorov, ministre de la transition numérique ukrainien, avait demandé à Apple de « cesser de fournir des services et des produits Apple à la Fédération de Russie ». Le géant américain n'a pas tardé à mettre en œuvre la demande du ministre. Depuis plusieurs jours déjà, les revendeurs de produits Apple en Russie ne peuvent plus passer de nouvelles commandes. Le 2 mars, le ministre ukrainien a incité Tim Cook à aller encore plus loin en bloquant l’accès à l’App Store en Russie.

En plus de la suspension de tous ses produits sur le territoire russe, Apple a également limité certains services, comme sa solution de paiement Apple Pay. Ce service ne fonctionne plus ni en Russie, ni en Biélorussie. Apple a par ailleurs désactivé la fonction permettant de rapporter en direct des incidents sur Apple Maps en Ukraine. La firme de Cupertino assure être « en communication permanente avec les gouvernements concernés pour communiquer sur les mesures que nous prenons ».

Les entreprises technologiques se mobilisent

La marque à la pomme n'est pas la seule entreprise technologique à avoir pris des mesures contre la Russie. Les médias d’État russes RT et Sputnik ont été bloqués par la quasi-totalité des réseaux sociaux sur le territoire européen. Google et Apple ont retiré les applications des deux médias de leur store. La plupart des plateformes ont également annoncé ds mesures contre la désinformation. Google a par exemple annoncé avoir « renforcé la visibilité des médias les plus fiables » dans Google Actualités.

Meta a publié un communiqué dans lequel l'entreprise révèle avoir démantelé une opération coordonnée de désinformation, visant à promouvoir des pages d’actualité faussement neutres. Twitter est la dernier réseau social à autoriser la diffusion des médias russes. La plateforme affiche tout de même une mention très visible sur les messages publiés par RT et Sputnik indiquant qu’il s’agit de « médias affiliés à un État - Russie », mais l'accès aux comptes n'a pas été coupé.

Contrairement aux entreprises technologiques chinoises qui ne savent pas vraiment sur quelle ligne se positionner, les entreprises occidentales ont également bloqué l’achat de publicités depuis la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine.