Décidément, le métavers et l’intelligence artificielle (IA) intéressent au plus haut point la Corée du Sud. Le pays a annoncé fin janvier un programme d’investissement de 48,5 milliards de dollars dans le numérique où ces deux secteurs jouent un rôle central. Bloomberg révèle aujourd’hui que le fonds souverain sud-coréen allait mettre sa main à poche en augmentant ses investissements dans la Silicon Valley.

Le nouveau dirigeant du fonds souverain imprime sa marque

La période actuelle n’est pas la plus rose pour le secteur de la Tech. Les valeurs technologiques sont en replis et la hausse du taux d’intérêt souhaité par la Réserve Federal américaine ne va pas améliorer la situation.

Pourtant, pour Seoungho Jin, nommé à la tête du Korea Investiment Corp (KIC) mi-2021, même s’il reconnaît qu’il est « en partie vrai » que la Silicon Valley « est déjà saturée », elle reste selon lui « une source de croissance mondiale ».

Le fonds souverain de Corée du Sud pèse 200 milliards de dollars. Il a été créé en 2005 pour accroître la richesse du pays et lui fournir des actifs financiers à l’étranger et uniquement à l’étranger. Le but est d'éviter à la péninsule de devoir demander un prêt au Fonds monétaire international, comme en 1997.

Les investissements du KIC sont nombreux et variés. Son nouveau patron, passé par le ministère des Finances et le Comité présidentiel pour un développement national équilibré, compte perpétuer les investissements classiques, dans l’immobilier, les hôtels par exemple, en laissant plus de place aux actifs dits alternatifs, c’est-à-dire technologiques.

La Corée du Sud voit loin

Seoungho Jin souhaite que 25% du portefeuille du KIC en 2025 soit destiné au secteur technologique, il pèsera alors, selon les estimations, 300 milliards de dollars. Cette part était de 17% en 2021. Le nouveau patron du fonds de la Corée du Sud a déclaré à Bloomberg, « Nous sommes dans le passage de l'enfance à l'âge adulte ».

Si le métavers et l’IA intéressent particulièrement le KIC, les technologies de santé ou environnementales sont également mentionnées comme digne d’intérêt par Seoungho Jin. Les actifs de la Silicon Valley seront surveillés de près grâce à une augmentation d’effectif du fonds souverain dans ses bureaux de San Francisco.

La Corée du Sud, terre de naissance de Samsung, LG ou Hyundai, a décidé d’investir massivement à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières dans ce qui ressemble à un plan de souveraineté numérique d’avenir.