Nouvelle affaire judiciaire pour Google. En Suède cette fois-ci, c'est PriceRunner, un comparateur de prix en ligne, qui a annoncé le 7 février attaquer la maison mère de Google en justice pour pratiques anticoncurrentielles. Le site suédois réclame 2,1 milliards d'euros pour être dédommagé du géant américain.

Le géant américain est accusé d'enfreindre une ordonnance antitrust de 2017

En plus d'être toujours empêtré dans des affaires antitrust avec les régulateurs mondiaux, Google enchaîne les actions en justice. Le site suédois PriceRunner assure que le géant américain a « manipulé les résultats de recherche en faveur de ses propres services de comparaison de prix ». Le comparateur de prix en ligne réclame 2,1 milliards d'euros en dommages et intérêts, une somme que le site estime nécessaire pour être dédommagé des pratiques anticoncurrentielles du groupe. Dans le cadre de cette action en justice contre Alphabet, PriceRunner estime que le groupe enfreint une ordonnance antitrust de 2017, voulue par la Commission européenne.

À l'époque, la Commission avait infligé une amende de 2,42 milliards d'euros à Google et ordonné au service Google Search, de cesser ses comportements illégaux. Les législateurs européens avaient constaté que celui-ci accordait une place prépondérante à son propre service de comparaison de prix en ligne, tout en rétrogradant ses rivaux dans les résultats de recherche organiques. En 2017, Google a bien apporté quelques modifications initiales au fonctionnement de son service de recherche, en adoptant un modèle d'enchères. Pour la concurrence, il ne s'agissait pas d'une bonne solution, mais simplement d'un moyen de contourner la législation.

PriceRunner attaque la maison mère de Google en justice pour pratiques anticoncurrentielles

Voilà pourquoi PriceRunner a décidé de saisir la justice. Comme le préjudice est toujours en cours, le montant réclamé par le site suédois pourrait être sensiblement plus élevé. Mikael Lindahl, le directeur général de PriceRunner, a déclaré dans un communiqué de presse que, « nous considérons ce procès comme un combat pour les consommateurs qui ont énormément souffert ces quatorze dernières années, et encore aujourd’hui, des violations du droit de la concurrence de Google ». En référence à la sanction infligée par la Commission européenne, le dirigeant précise que « Google continue amplement à abuser du marché et n'a fondamentalement rien changé ».

De son côté, Google ne compte pas se laisser faire. Le géant américain est désormais un habitué de ces combats en justice. Le service juridique et les avocats du groupe sont prêts. Selon un porte-parole : « notre système est soumis à un contrôle intensif de la part de la Commission européenne et de deux groupes d'experts externes. Les changements que nous avons opérés depuis 2017 fonctionnent très bien. PriceRunner a fait le choix de ne pas utiliser d'annonces shopping sur Google, il n'a donc peut-être pas connu le même succès que d'autres ».