Les fonds d’investissement Elliott et Vista ont confirmé le 31 janvier les rumeurs persistantes d’acquisition de l’éditeur de logiciel professionnel Citrix. L’opération, en incluant le rachat de dettes, atteint 16,5 milliards de dollars.

Une acquisition attendue

Elliott, actionnaire de Citrix depuis 2015, semble avoir en tête ce coup de longue date. À l’été 2021, le fonds avait demandé que des mesures soient prises pour améliorer la valorisation boursière de l’entreprise. En octobre, le PDG de Citrix, David Henshall, peu emballé par l’idée de vendre avait démissionné de son poste de PDG.

Son remplaçant en intérim, Bob Calderon, président du conseil d’administration, reconnaît dans un communiqué relayé par Reuters, « l'annonce d'aujourd'hui est l'aboutissement d'un processus d'examen stratégique mené pendant cinq mois ». Les entreprises comme Citrix attirent les sociétés de capital-investissement, car elles supportent les dettes importantes, note le Wall Street Journal.

Citrix, créé en 1989, est spécialisé dans la création de logiciels professionnels pour le télétravail, pour des services de bureau virtuels à distance. Elle fournit également de plus en plus de services cloud, un secteur que Citrix s’est approprié de façon un peu trop lente selon certaines critiques, notamment lors du confinement.

L’entreprise a également amorcé un changement de modèle en proposant, plutôt que de vendre des licences de ses logiciels, des abonnements. Un tiers de ses 3,24 milliards de dollars de chiffres d’affaires de 2021 viennent des souscriptions. Un revenu plus régulier, bien vu des investisseurs et en particulier d’Elliott et Vista.

Citrix devrait fusionner avec Tibco Software

Les deux fonds comptent rapidement fusionner Citrix avec une société rachetée par Vista en 2014 pour 4,3 milliards de dollars, Tibco Software. Cette dernière est spécialisée dans les logiciels de gestion de données.

Dan Streetman, PDG de Tibco s’est enthousiasmé sur les perspectives de cette association, « Le lieu de travail a changé à jamais, et les entreprises du monde entier auront besoin d'un accès en temps réel à des informations plus rapides et plus intelligentes à partir des volumes de données de plus en plus importants dont elles disposent ». Bob Calderoni ne dit pas le contraire, « Ensemble avec TIBCO, nous serons en mesure de fonctionner à plus grande échelle et de fournir à une plus grande base de clients une gamme plus large de solutions pour accélérer leurs transformations numériques et leur permettre d'offrir l'avenir du travail hybride ».

Les initiateurs de la fusion espèrent créer l’un des plus grands fournisseurs de logiciels avec 400 000 clients, à 98% du Fortune 500, les entreprises les plus prospères de la planète, 100 millions d’utilisateurs dans une centaine de pays. Elle sera néanmoins en concurrence avec un plus gros poisson, VMware, récemment émancipé de Dell. L’opération devrait aboutir mi-2022.