Bungie, connu pour être à l’origine de la licence phare de la Xbox, Halo et du jeu Destiny, devrait rejoindre Sony. Le studio et l’entreprise japonaise l’ont confirmé le 31 janvier. L’opération est estimée par le site spécialisé gamesindustry.biz à 3,6 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros).

La guerre des catalogues a commencé dans l’industrie du jeu vidéo

À l’annonce de ce rachat, difficile de ne pas penser à celui d’Activision Blizzard par Microsoft pour 68,7 milliards de dollars, révélé quelques semaines plus tôt. Jim Ryan, PDG de Sony Interactive Entertainement, a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’une riposte à son concurrent, arguant qu’une telle opération est l’aboutissement de plusieurs mois de discussion. Les acteurs du secteur du jeu vidéo sont toutefois engagés dans une course pour l’enrichissement de leurs catalogues.

En septembre 2020 l’acquisition pour 7,5 milliards de dollars de Zenimax par Microsoft, propriétaire de Betesda à l’origine de Doom, The Elder Scrolls, Fallout, n’avait pas inquiété Sony outre mesure. L’entreprise japonaise, forte de ses jeux solos à grands succès, Uncharted et The Last of Us de Naughty Dog, Spider-Man et Ratchet & Clank d’insomniac Games ou God of War de Santa Monica, était sûre de la supériorité de son catalogue.

En mettant la main sur Activision Blizzard, Microsoft menace de priver la PlayStation de Call of Duty, l’une des licences les plus populaires du jeu vidéo. Malgré les propos rassurants de Redmond, cette perspective a inquiété au pays du Soleil Levant. Les deux entreprises se dirigent vers un modèle de Netflix du jeu vidéo où Microsoft semble avoir une longueur d’avance avec son Xbox Game Pass. Pas question pour Sony, deuxième plus grande entreprise de jeux vidéo du monde devant son concurrent américain, de se laisser déborder.

Avec Bungie, Sony espère combler un angle mort de sa gamme de jeux maison. Connue pour ses titres aux modes solos riches, l’entreprise manque de jeux multijoueurs, régulièrement actualisés, tels que Destiny. Comme l’explique Jim Ryan, le studio « dispose d'une expertise approfondie pour faire vivre à la communauté des expériences immersives incroyables à grande échelle, grâce à des jeux qui évoluent et se développent au fil du temps ».

logo de la Playstation et de Sony

Bungie complète bien les autres studios de Sony. Crédit : Asylab / Sony

Avec Bungie, Sony acquiert le studio qui a contribué au succès de la Xbox de Microsoft

Bungie, né en 1991, a appartenu par le passé à Microsoft. Racheté en 2000, le studio a acquis une solide réputation auprès des joueurs avec la sortie de Halo en 2001, une exclusivité Xbox. La licence est toujours détenue par Microsoft, désormais développée par le studio interne 343 Industries, Bungie a repris son indépendance en 2007.

Trois ans plus tard, le studio s’est attelé à un nouveau jeu ambitieux, Destiny, en partenariat avec… Activision Blizzard. Lorsque Bungie a rompu à l'été 2018, il est cette fois reparti avec les droits de son jeu, qui a connu deux titres sortis en 2014 et 2017.

À l’image de Microsoft avec Call of Duty, Sony s’est engagé à laisser Bungie « indépendant et multiplateforme ». Dans les deux cas, le crédit à donner à cet engagement peut poser question à moyen, long termes. Pour ne pas risquer d’offusquer les autorités de la concurrence, les licences existantes devraient être disponibles sur toutes les consoles, mais il pourrait en être autrement pour les futurs titres.