Un récent rapport de la Cour des comptes européenne pointe du doigt le retard pris par les États membres de l'Union européenne dans le développement de la 5G. Selon l'institution luxembourgeoise, les pays de l'Union doivent intensifier leurs efforts pour accélérer l'adoption de la 5G. Le rapport laisse penser que la majorité des États ne pourront pas atteindre l'objectif de couverture des zones urbaines fixé pour 2025.

Les pays de l'Union européenne avancent trop lentement

Si les États membres n'intensifient pas leur coopération dans l'objectif d'accélérer l'adoption de la 5G, l'Union européenne pourrait être confrontée à des menaces économiques et sécuritaires importantes. C'est le constat fait par la Cour des comptes européenne dans un rapport publié il y a quelques jours. Pour résumer, le rapport de 69 pages lance un double cri d'alarme : d'une part, l'Europe est en retard sur les pays d'Amérique du Nord et sur l'Asie en ce qui concerne le déploiement des réseaux 5G. D'autre part, l'Union doit renforcer sa stratégie pour contrer les risques qui en découlent.

Selon les constations des experts de la Cour des comptes européenne, « il y a des retards considérables dans le déploiement des réseaux 5G par les États membres ». Alors que le monde se précipite pour déployer une infrastructure 5G, en raison de ses grandes capacités et des vitesses de transmission plus élevées qui promettent de tout transformer, les pays de l'Union européenne avancent trop lentement. Selon la Cour des comptes européenne, la plupart des États membres ne seront pas prêts en 2025, pour garantir une couverture 5G ininterrompue dans les zones urbaines et le long des principaux axes de transport.

La 5G aurait pu apporter jusqu'à 1 000 milliards d'euros à l'économie européenne

À cette même échéance, les projections actuelles laissent penser que seulement 35% de toutes les connexions mobiles en Europe seront basées sur la 5G, contre 51% en Amérique du Nord, 53% en Australie, au Japon, à Singapour et en Corée du Sud et 48% en Chine, à Hong Kong, Macao et Taïwan. La Cour des comptes estime que les avantages économiques perdus pour l'Union européenne pourraient être très importants. La 5G aurait pu apporter jusqu'à 1 000 milliards d'euros à l'économie européenne et créer ou transformer 2 millions d'emplois entre 2021 et 2025. Mais il est presque déjà trop tard pour espérer atteindre de tels chiffres.

De tels bénéfices économiques nécessitent beaucoup plus de dépenses pour la 5G. Le problème vient vraisemblablement des divergences entre les États membres concernant le traitement des fournisseurs chinois de 5G, tels que Huawei, qui sont accusés par les États-Unis de servir les ambitions géopolitiques du Parti communiste chinois. La Commission européenne s'est montrée plus prudente que Washington à ce sujet. Le problème de l'Union, c'est l'application d'une politique commune : les décisions relatives à la sécurité nationale restent entre les mains des pays membres.

Pour tenter de limiter la casse, la Cour des comptes européenne soumet une idée à la Commission européenne. Elle propose, entre autres, de « promouvoir le déploiement homogène et rapide des réseaux 5G au sein de l'Union, de favoriser une approche concertée en matière de sécurité des réseaux 5G entre les États membres et d'effectuer un suivi des approches adoptées par les États membres à l'égard de la sécurité des réseaux 5G et d'évaluer l'incidence des divergences sur le fonctionnement efficace du marché unique ».