Pour General Motors, l’avenir passe par l’électrique. Le constructeur américain vient ainsi d’annoncer le plus grand investissement de son histoire, de près de 7 milliards de dollars, avec l’objectif de largement augmenter sa capacité de production de véhicules électriques aux États-Unis.

General Motors mise sur bastion historique, le Michigan

Ces 7 milliards de dollars sont scindés en différents investissements. Le premier est de 2,6 milliards de dollars afin de construire une troisième usine Ultium en partenariat avec LG dans la ville de Lansing dans le Michigan ; les deux entreprises en ont déjà implanté une dans l’Ohio et une seconde dans le Tennessee. L’installation sera chargée de la production de batteries pour les véhicules électriques du constructeur et devrait entrer en fonction fin 2024. La fabrication de batteries en interne est un facteur très important pour les constructeurs qui se développent dans l’électrique, cela leur permet de mieux contrôler les chaînes d’approvisionnement, mais également de se prémunir d’éventuelles pénuries.

General Motors a également annoncé le débloquement de 4 milliards de dollars dans le but de convertir son usine d’assemblage Orion à Detroit. Elle se consacrera à la production des prochains pick-ups électriques de l’entreprise : le Chevrolet Silverado EV et le GMC Sierra. Elle devrait également entrer en opération en 2024. Enfin, le constructeur prévoit aussi d'investir environ 500 millions de dollars dans deux usines d'assemblage près de Lansing, toujours dans le Michigan.

Ce projet devrait engendrer la création de 4 000 emplois dans l’État du midwest, bastion automobile historique du pays et État natal de General Motors, qui a toutefois perdu de sa superbe depuis plusieurs décennies déjà. Aujourd’hui, les constructeurs lui préfèrent d’ailleurs des États situés dans le sud, à l'instar de la Caroline du Nord, du Tennessee ou encore du Kentucky. « Cette nouvelle est excellente pour nous et pour le Michigan, l'épicentre du travail que nous faisons sur les véhicules électriques. Le Michigan sera le centre reconnu et le leader de l'innovation aux États-Unis pour la recherche et développement et la fabrication des véhicules électriques », a déclaré Mark Reuss, dirigeant de l’entreprise.

La ville de Detroit dans le Michigan.

Le siège social de General Motors se trouve à Detroit dans l'État du Michigan. Photographie : Creative Hina By.Quileen / Unsplash

General Motors veut surpasser Tesla

Cette annonce s’inscrit dans le cadre d’un plan d’investissement encore plus large décrit par le constructeur en octobre dernier. Celui-ci prévoit de débourser 35 milliards de dollars d’ici 2025 avec l’ambition d’atteindre la production de plus d’1 million de véhicules électriques par an. Le constructeur s’en donne les moyens : en plus de cette nouvelle feuille de route, il travaille déjà à la conversion d’autres usines situées dans le Tennessee, ainsi qu’au Canada et au Mexique pour construire des véhicules électriques.

General Motors ne cache pas son ambition ; la firme veut surpasser Tesla sur son propre terrain en vendant davantage de véhicules électriques que la firme d’Elon Musk. Une tâche qui semble néanmoins difficile à accomplir puisque cette dernière a signé une année 2021 record, et que sa capacité de production devrait encore s’étendre lorsque sa gigafactory au Texas entrera en fonction. Actuellement, General Motors propose trois modèles électriques et se classe à la troisième position des vendeurs de véhicules électriques outre-Atlantique, derrière Tesla et Ford, avec 25 000 unités écoulées en 2021. Les véhicules électriques n’ont représenté que 2 % des ventes du constructeur l’année dernière, rapporte le Wall Street Journal.

Il est, en outre, important de noter que General Motors vise la neutralité carbone en 2040. Cela signifie qu’elle devra arrêter de commercialiser des véhicules à diesel ou essence aux alentours de 2035. Avoir une forte capacité de production de véhicules électriques mais également de batteries est donc un élément essentiel de son futur.

L’un des plus grandes changements de l’histoire de l’automobile

L'investissement de General Motors n’est pas passé inaperçu et a même été salué par Joe Biden. « Depuis le premier jour, mon administration s'est concentrée pour s'assurer que l'Amérique soit à la tête de l'avenir de la fabrication des véhicules électriques. Cette annonce n'est que la dernière d'une série d'investissements de plus de 100 milliards de dollars réalisés l'année dernière dans la construction automobile américaine pour construire des véhicules électriques et des batteries », a déclaré le président dans un communiqué. Le passage du gasoil à l’électrique fait d’ailleurs partie du programme du démocrate, qui a annoncé en 2021 un investissement de 7,5 milliards de dollars afin d’installer des stations de charge dans le pays.

Avec ces annonces, General Motors montre la couleur et démontre qu’elle ne veut surtout pas se louper pour sa transition vers l’électrique, qui représente l’un des changements les plus importants de l’Histoire de l’automobile. En effet, de nombreux experts s’inquiètent de la capacité des acteurs historiques du secteur à s’adapter aux nouveaux enjeux de l’électrique : plus ils se préparent à l’avance, plus ils auront des chances de ne pas louper le coche.