Les géants de la Tech pourront-ils toujours investir librement en Chine ? La question se pose depuis le 19 janvier. Ce jour-là Reuters indiquait que des règles restrictives sur l’investissement des grandes entreprises numériques chinoises étaient en discussions. L'Administration du cyberespace de la Chine (CAC) a démenti.

Des éléments troublants face à la version du CAC

Le CAC, l’une des autorités de régulation d’Internet les plus puissantes en Chine a été très claire, les éléments indiquant un encadrement strict des investissements des grandes entreprises technologiques sont faux.

Pourtant, selon les Reuters, plusieurs sociétés ont été contactées en vue d’une nouvelle réglementation en Chine. Le document envoyé aurait été partagé sur les réseaux sociaux chinois.

Événement troublant, le jour même ByteDance annonce le démantèlement de son équipe déclaré des investissements stratégiques. La maison mère de TikTok a simplement expliqué au Wall Street Journal vouloir « renforcer la coordination entre la recherche stratégique et les affaires ». Selon une source du journal américain, le projet du CAC serait derrière cette décision.

Ce dernier serait encore en discussion et donc susceptible d’être modifié. Cela pourrait expliquer la réfutation du CAC. Les contours de ce possible règlement semblent en adéquation avec la politique antitrust entreprise par la Chine au cours de l’année 2021, marquée par l’amende record de 2,3 milliards d’euros infligée en avril à Alibaba.

Une nouvelle offensive de la Chine contre ses géants de la Tech ?

Tout d’abord il viserait les plus grandes entreprises du numérique en Chine. Il s’appliquerait aux sociétés revendiquant 100 millions d’utilisateurs minimums ou un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards de yuans, environ 1,39 milliard d’euros. Celles figurant sur une liste grise de la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme seraient aussi concernées.

Dans le détail, le texte impose aux entreprises entrant dans les critères l’agrément des autorités pour tout nouvel investissement. L’intérêt d’une telle réglementation est transparent : freiner l’expansion des géants de la Tech en Chine. Comme leurs homologues américaines, le rachat de start-up prometteuse est une pratique répandue pour s’agrandir.

Une telle mesure serait à même de correspondre aux objectifs de la Chine, réduire la puissance des géants du numérique en affaiblissant leur position monopolistique. Si, contrairement à ce qu’affirme le CAC, ce projet de réglementation est bien en discussion, il finira par réapparaître au grand jour.