The Hill vient de publier une étude réalisée par OpenSecrets, qui lève le voile sur les sommes records dépensées par les géants de la tech pour entretenir leur lobbying. C'est notamment le cas de Meta et d'Amazon qui ont respectivement dépensé 20,1 et 20,3 millions de dollars pour faire pression sur les grandes institutions mondiales.

Amazon a dépensé 20,3 millions de dollars dans le lobbying

Il faut bien reconnaître que les sujets qui concernent les géants de la tech sont de plus en plus présents au Congrès des États-Unis ou à la Commission européenne. Il est régulièrement question de leur abus de position dominante ou de leur comportement anticoncurrentiel. Pour tenter de faire pencher la balance au moment où les lois sont votées, ils comptent sur leurs actions de lobbying.

Dans la même catégorie

Amazon est donc le champion en la matière : le géant américain a dépensé environ 20,3 millions de dollars dans cet objectif. De son côté, Meta a déboursé 20,1 millions de dollars, selon des documents soumis au Congrès ce jeudi 20 janvier. Il apparaît que les deux géants de la tech ont augmenté leurs dépenses en lobbying d'environ 7% par rapport à 2020. Meta et Amazon ont mis le paquet pour tenter de faire pression sur les législateurs, pour qu'ils abandonnent des projets de loi visant à réduire leur pouvoir.

Les grandes entreprises technologiques américaines tentent actuellement de faire pression sur un projet de loi en particulier. Il s'agit de l'American Innovation and Choice Online Act. Dans sa version actuelle, ce texte pourrait empêcher les « entreprises dominantes », dont font partie Amazon, Google, Apple et Meta, de donner la préférence à leurs propres produits ou de discriminer leurs rivaux sur leurs plateformes.

Tim Cook et Sundar Pichai ont personnellement rencontré des sénateurs pour leur demander de s'opposer à ce projet. Depuis, les sénateurs se disent prêts à apporter des modifications qui seraient favorables à l'industrie... Preuve de l'efficacité du lobbying des géants américains. Ensemble, Amazon et Meta ont passé des contrats avec des dizaines de sociétés pour déployer des lobbyistes ayant des liens étroits avec les dirigeants du Congrès et les fonctionnaires de l'administration Biden.

De son côté, Google a dépensé 9,6 millions de dollars en lobbying en 2021. Ce n'est pas un record annuel pour la firme de Mountain View, mais cela représente une augmentation de 27% par rapport à 2020. Chez Apple, les dépenses en lobbying ont même diminué par rapport à l'année dernière : 6,5 millions de dollars ont été alloués aux actions de lobbying, contre environ 6,7 millions de dollars en 2020. Cela n'empêche pas les géants technologiques de rester les premiers lobbyistes.