Dans une décision rendue le 5 janvier 2022, le Bundeskartellamt (le régulateur antitrust allemand) a reconnu la « domination de Google sur l'ensemble des marchés ». C'est la première décision de ce type et elle ouvre la voie à des interventions antitrust durant les cinq prochaines années. Avec ce verdict inattendu, l'antitrust allemand devance la Commission européenne.

Le Bundeskartellamt hausse le ton face à Google

Si cette décision vis-à-vis de Google est bien l'a première du genre, le Bundeskartellamt mène actuellement des procédures similaires à l'encontre de Meta, Amazon et Apple. Ces trois autres géants américains pourraient bien connaître le même sort que Google dans les prochains mois. Suite à ce verdict, l'antitrust allemand s'octroie le droit de rappeler Google à l'ordre durant les cinq prochaines années. Dans son communiqué de presse, le Bundeskartellamt déclare que « Google jouit d'une position dominante capitale et nuit à la concurrence sur les marchés, au sens de l'article 19a, paragraphe 1, de la GWB (Gesetz gegen Wettbewerbsbeschränkungen) ».

Concrètement, l'antitrust allemand estime que l'entreprise jouit d'une position de force économique telle, que la concurrence n'a même plus l'effet régulateur attendu. L'évaluation du régulateur a pris en compte la part de marché dominante de Google dans le secteur du Search (plus de 80% en Allemagne), sa position dominante sur le marché de la publicité en ligne, son rôle d'intermédiaire en tant que propriétaire de YouTube et du Play Store sur Android, ou encore son accès aux données des milliards d'utilisateurs de Google. Sans oublier sa capitalisation boursière, qui, selon le Bundeskartellamt est « l'une des plus élevées au monde et reflète l'importante puissance financière de Google ».

Les autorités antitrust européennes de plus en plus actives ?

Maintenant que cette enquête a abouti, le régulateur sera en mesure d'intervenir immédiatement contre tout comportement anticoncurrentiel identifié. Selon Andreas Mundt, le président du Bundeskartellamt, le régulateur dispose depuis janvier 2021 d'un « nouvel instrument pour surveiller les grandes entreprises numériques » et pour faire appliquer la loi. C'est justement grâce à ce dispositif que la position dominante de Google a été reconnue. De son côté, Google se dit prêt à « travailler de manière constructive avec le régulateur allemand pour trouver des solutions permettant aux personnes et aux entreprises en Allemagne de continuer à utiliser nos produits ».

Les autorités antitrust européennes sont de plus en plus actives. Tout récemment, la Competition and Markets Authority, le régulateur britannique, a ordonné à Meta de revendre Giphy suite à un rachat qui n'aurait jamais dû avoir lieu. En décembre 2021, l'Autorità garante della concorrenza e del mercato (AGCM), l'antitrust italien, a infligé une amende record de 1,1 milliard d'euros à Amazon. Le gendarme de la concurrence italien, estime que le géant américain « a porté atteinte aux opérateurs concurrents ». Même sanction et même amende pour Apple en France en mars 2020 pour s'être adonné à des pratiques anticoncurrentielles.