Xi'an, l'ancienne capitale de l’Empire du Milieu sous plusieurs dynasties chinoises, et ses 13 millions d'habitants sont confinés depuis une semaine à cause du regain de la pandémie de Covid-19. Ce nouveau confinement menace la production mondiale de mémoire... Samsung y produit 42,5% de ses modules.

Xi'an et ses 13 millions d'habitants mis sous cloche

Alors que la pénurie de semi-conducteurs continue de mettre à mal les industriels du monde entier, une autre pénurie pourrait être sur le point de voir le jour. En effet, Xi'an est la « capitale mondiale » de la production des modules de mémoire. Ce confinement pourrait avoir un impact important sur la production de mémoire vive et surtout de mémoire de stockage flash. Leader sur le marché, Samsung y produit 42,5% de sa mémoire NAND (mémoire flash des SSD) et Micron y produit une grande quantité de sa DRAM (mémoire vive).

Il y a quelques jours à peine, les mesures de confinement devenaient plus strictes pour les habitants de Xi'an. Ils ont désormais interdiction de quitter leur domicile et les autorités chinoises ont admis avoir du mal à les approvisionner en nourriture... Logiquement, la colère gronde. C'est très clair, les autorités ont du mal à endiguer cette nouvelle flambée épidémique et mettent en place leur politique zéro Covid, comme lors des premiers confinements. Au risque de créer une nouvelle pénurie dans le domaine de l'informatique et des objets technologiques.

La production de mémoire mondiale est menacée

À lui seul, Samsung représente 15,3% de la production mondiale de cette précieuse mémoire flash. Des modules indispensables à la fabrication des smartphones, des ordinateurs, des tablettes et même des voitures... Aujourd'hui, Micron et Samsung continuent de produire « normalement ». En effet, les deux entreprises ont suffisamment de stock pour assurer la production. Cependant, les deux fabricants ont déjà alerté les autorités que si le confinement devait durer encore plusieurs jours, un ralentissement de leurs activités était à prévoir, avec les conséquences que l'on connaît désormais.

Dans un contexte actuel de pénurie mondiale, cette nouvelle crise pourrait être problématique pour les industriels concernés. Certaines usines automobiles tournent déjà au ralenti. C'est le cas en Europe où le marché automobile est au plus bas, au même niveau que les ventes générées en 1995. La crise des semi-conducteurs et l'informatisation grandissante des automobiles a créé un déséquilibre dans la chaîne d’approvisionnement qui risque de s'accroître, si les contaminations ne s'arrêtent pas rapidement à Xi'an.