Comme quoi SenseTime n’avait pas besoin des investisseurs américains. L’entreprise chinoise d’intelligence artificielle a réussi son introduction en bourse le 30 décembre à Hong Kong en levant 851 millions de dollars. La valeur de l’action, fixée à 3,85 dollars hongkongais, environ 0,50 dollar américain, a grimpé de 23%.

Les soupçons sur le rôle de SenseTime dans la répression des Ouïghours

L’opération aura mis plus d’un an à aboutir. À l’approche de l’échéance, initialement programmée pour le 17 décembre, les autorités américaines ont décidé de sanctionner l’entreprise en lui fermant l’accès aux investisseurs américains.

Les États-Unis accusent de longue date SenseTime, qui se revendique champion de la reconnaissance faciale en Chine avec 11% du marché, d’avoir participé à l’identification et la répression des Ouïghours dans le Xinjiang. En 2019, déjà, le département du commerce américain l’avait placé sur liste noire. SenseTime ne peut plus acheter de technologie américaine sans une licence, une dérogation.

SenseTime a toujours rejeté les accusations de violation des droits de l’homme qu’elle considère sans fondement. La Chine elle-même nie la répression de la minorité musulmane ouïghoure malgré les preuves accumulées par les observateurs.

Les entreprises chinoises peuvent-elles se passer des investisseurs américains

Ces graves accusations n’ont pas empêché SenseTime de connaître un beau succès à Hong Kong. L’entreprise à tout de même dû réduire ses ambitions et revoir son projet. Selon le South China Morning Post elle aurait pu lever jusqu’à 2 milliards de dollars sans les controverses ayant accompagné l'opération.

Il n’empêche, le cas SenseTime démontre que les entreprises chinoises peuvent entrer en Bourse, même sans le soutien américain. Hong Kong s’est hissé au quatrième rang des marchés boursiers pour les introductions en bourse en 2021.

Une performance tandis que 2021 a été marquée par la répression de Pékin sur ses entreprises technologiques. Des milliards de dollars de valeurs se sont envolés à cause des mesures prises par la Chine. La réussite de SenseTime s’insère toutefois parfaitement dans les projets de l’administration chinoise, justement occupée à dissuader fermement ses sociétés d’aller à New York pour accéder au marché boursier.