Et non, Texas Instrument ne construit pas uniquement des calculatrices accompagnant lycéens et étudiants au cours de math. L’entreprise est surtout le leader mondial des puces analogiques, entre 17% et 20% du marché. Tout autant en pénurie que les semi-conducteurs numériques, la valorisation de l’entreprise basée à Dallas depuis 1930 s’en ressent. Elle atteint 170 milliards de dollars.

Ne pas négliger l’importance des semi-conducteurs analogiques

Depuis le début de la pénurie de semi-conducteurs, l’attention s’est portée essentiellement sur les fabricants de puces numériques, TSMC, Samsung et Intel. Pourtant les puces analogiques, qui traitent les formations entrantes sur la température, le son ou les courants électriques, sont dans la même situation, rapporte le Wall Street Journal.

Les puces les plus performantes sont même minoritaires dans un smartphone haut de gamme, quatre ou cinq maximums, sur une cinquantaine. Les puces analogiques produites par Texas Instrument, mais aussi l’allemand Infineon Technologies ou le franco-italien STMicroelectronics, sont utilisées pour la gestion du chargement des batteries par exemple.

En novembre, lors de la révélation de résultat financier, le fabricant d’ordinateurs taïwanais Asustek Computer, avait révélé que ses chaînes de montage étaient perturbées par le manque d’approvisionnement d’une entreprise américaine non citée, très probablement Texas Instrument. Apple explique en partie sa difficulté à produire certains de ses produits phares, comme l'iPhone, par manque de puces analogiques pour son processus de production.

En octobre Rafael Lizardi, directeur financier de Texas Instrument, admettait, « Il est clair que nos stocks sont bien en deçà de ce que nous voulons ». Selon le cabinet d’études spécialisé TrendForce, cité par le Wall Street Journal, le carnet de commandes pour des fabricants de puces analogiques destiné à l’industrie automobile est rempli jusqu’à fin 2022.

Texas Instrument est habitué aux fluctuations du marché

À l’image de TSMC, Samsung et Intel, l’entreprise a mis sur la table des dizaines de milliards d’investissements. Une nouvelle usine de 6 milliards de dollars doit sortir de terre au Texas pour le second semestre 2022. La construction de deux autres doit débuter dans l’État la même année. Rich Templeton, directeur général de Texas Instrument, appelle à la raison, « Vous ne pouvez pas changer votre capacité de production de manière substantielle en l'espace d'un an ou deux ».

Malgré ces chiffres impressionnants, Texas Instrument et ses homologues sont plus timides en matière d’investissements. Le marché des puces analogiques alterne traditionnellement les cycles de surproductions et de pénurie. En attendant, la conjoncture leur est particulièrement favorable, avec des prix qui augmentent et l’a valorisation qui suit.