« Noël est arrivé tôt », selon Tim Beiko, l’un des développeurs de la blockchain Ethereum. Ce dernier a annoncé, le 20 décembre, le lancement de Kintsugi. Il s’agit d’un réseau de test permanent, la dernière marche vers une profonde transformation de l’Ethereum : l’utilisation de la preuve d’enjeu. N’importe quelle personne souhaitant essayer Kintsugi peut le faire, afin d’avoir un avant-goût de ce que sera la blockchain en 2022.

Kintsugi, dernière étape avant la révolution de l’Ethereum

L’Ether est la deuxième monnaie en capitalisation de marché, juste derrière le Bitcoin. Devant la popularité grandissante de cette monnaie, ses créateurs travaillent depuis plusieurs années faire évoluer la blockchain sur laquelle elle est basée. Dans les prochains mois, elle va subir un changement de grande envergure, qui va impacter le monde des cryptomonnaies dans son entièreté. Ce changement, annoncé depuis plusieurs mois, est le passage de la blockchain à un système de proof of work (preuve de travail ou minage) à un système de proof of shake (preuve d’enjeu).

Pour effectuer cette transition, nommée Convergence, les développeurs de la blockchain ont lancé une dernière phase de test, à travers Kintsugi. Kintsugi doit permettre de préparer l’arrivée de l’Ethereum 2.0 et de la Convergence. Une expérience très suivie par les possibilités qu'elle pourrait ouvrir pour le monde des cryptomonnaies.

Concrètement, Kintsugi est un réseau de test, qui reprend les principales caractéristiques de la blockchain Ethereum. Toutefois, le nouveau réseau apporte son lot de changements, introduits dans la blockchain dans les mois à venir. Kintsugi est une nouvelle version de la blockchain, c’est pourquoi beaucoup la qualifient d'Ethereum 2.0.

Elle permet de vérifier si le système de preuve d’enjeu fonctionne correctement sur la blockchain. Les utilisateurs de ce nouveau réseau peuvent désormais y effectuer des transactions et l’utiliser comme ils utilisent le réseau principal de l’Ethereum. « Après quatre phases de test éphémères, Kintsugi, un réseau de test plus permanent, est maintenant en place ! », s’est réjoui Tim Beiko dans un communiqué.

La transition d’un système de minage classique à un système de preuve d’enjeu. Kintsugi constitue l’ultime phase de test grandeur nature avant la transition définitive. Aucune date précise n’a été donnée pour ce changement, si ce n’est début 2022.

Le passage d’une preuve de travail à une preuve d’enjeu

Les blockchains fonctionnent à l’aide de protocoles de consensus. En clair cela désigne le système qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la blockchain et d’éviter qu’elle ne soit contrôlée par une seule entité. Les nœuds d’un réseau « s’entendent » sur l’état d’une chaîne de bloc, qu’il y a consensus entre ces nœuds. Il existe plusieurs systèmes pour faire fonctionner des protocoles de consensus.

La preuve d’enjeu est l’une de ces méthodes, tandis qu’une autre est la preuve de travail, aussi appelée minage. Le minage induit plusieurs problèmes, dont le plus important est le coût. Miner de la cryptomonnaie est extrêmement énergivore, le coût environnemental, mais aussi économique, de cette méthode, est élevé. Elle demande aux ordinateurs d’effectuer des calculs d’une grande complexité, ce qui nécessite une grande quantité d’appareils, mais aussi d’énergie.

Cette problématique pousse plusieurs pays à interdire le minage, comme la Suède qui a demandé à l’Union européenne de bannir cette pratique ou la Chine qui a pris cette voie. Depuis quelques mois, le Kazakhstan, deuxième pays à accueillir le plus de mineurs de cryptomonnaies, subit une crise énergétique à cause du minage.

La preuve d’enjeu quant à elle, peut être décrite comme du minage virtuel : il n’y a pas besoin d’acheter des ordinateurs et de les faire fonctionner pour produire des blocs. Dans ce cas-là, les stocks d'Ethers des utilisateurs sont utilisés pour vérifier les transactions et créer un nouveau jeton. Ce passage à la proof of stake est très attendu par les utilisateurs de la monnaie virtuelle.

Kintsugi représente l'opportunité de récolter les retours des utilisateurs, afin de régler les derniers problèmes avant la Convergence, la transition vers un système de preuve d’enjeu, « Le réseau de test Kintsugi offre à la communauté l'opportunité d'expérimenter avec Ethereum post-fusion et de commencer à identifier les problèmes. Une fois les retours intégrés au logiciel client et aux spécifications, une dernière série de réseaux de test sera lancée », a expliqué Tim Bakei. « Après cela […] la prochaine étape est la transition du réseau principal Ethereum vers la preuve d’enjeu », a-t-il ajouté.

Cette transition de la deuxième cryptomonnaie du monde est extrêmement importante. Abandonner le minage est stratégique. Outre la volonté de réduire la consommation, cela évitera à l’avenir que de grands noms critiquent ou quittent la monnaie numérique, ce qui impacterait sa valeur. Le coût environnemental du minage est par exemple ce qui avait poussé Elon Musk à abandonner le Bitcoin. Enfin, l’enjeu est grand pour les mineurs, qui risquent de moins gagner d’argent avec l'Ethereum, voire plus du tout, une fois la transition terminée.