La diversité, l'équité et l'appartenance sont rapidement devenues des mots à la mode dans les entreprises, et pour de bonnes raisons. Pendant trop longtemps, dans trop d'endroits, les opportunités ont été refusées. Dans le même temps, la plupart des emplois dans l'économie du savoir restent concentrés dans quelques lieux d'élite, extrêmement coûteux.

Il y a longtemps que nous avons besoin d'une nouvelle vision du travail, concernant qui travaille où, quand et comment. Heureusement, nous avons l'occasion, une fois par génération, de remodeler fondamentalement tout cela. De nombreuses données viennent étayer les arguments commerciaux en faveur d'une plus grande diversité et d'une meilleure intégration. Selon le cabinet d'études Gartner, 75% des entreprises dont les équipes décisionnelles de première ligne reflètent une culture diversifiée et inclusive dépasseront leurs objectifs financiers en 2022.

Quelle opportunité avons-nous, et pourquoi maintenant ? La pandémie nous a appris que les entreprises qui prospèrent sont celles qui se sont débarrassées de toutes les mauvaises habitudes d'avant la pandémie et ont entamé le processus de réinvention, sans ancrage physique. Et ce n'est pas tout : avec une concurrence croissante et une exposition quasi universelle aux avantages du travail hybride et à distance, nous ne reviendrons pas en arrière. Selon le Future Forum, 76% des travailleurs du savoir veulent pouvoir choisir leur lieu de travail et 93% leurs horaires. Seuls 17% des employés travaillant actuellement à distance souhaitent retourner au bureau à plein temps, contre 44% des cadres supérieurs.

Une récente enquête française montre que 38% des salariés seraient prêts à démissionner si leur employeur actuel les obligeait à revenir au bureau cinq jours par semaine. Cette tendance est encore plus forte pour les nouvelles générations, puisque ce chiffre passe à 75% pour les moins de 35 ans.

S'il est préférable pour les résultats et pour nos employés de supprimer les obstacles et de promouvoir la flexibilité au travail, comment faire ?

Tout d'abord, nous devons adopter la flexibilité au sein de nos organisations : flexibilité des horaires et du lieu de travail. Notre modèle de travail avec une journée type de 9h00 à 17h00, au bureau, a longtemps renforcé les avantages de ceux qui ont plus de privilèges et de ressources, au détriment de ceux qui luttaient déjà contre les limites du système. En nous affranchissant du bureau physique, nous donnons aux dirigeants la possibilité d'attirer davantage de personnes et des candidats plus diversifiés (en termes de perspectives, de lieux, d'expériences), qui obtiennent de meilleurs résultats que leurs homologues uniformes.

Nous devons également exploiter les outils qui permettent de briser les silos au sein des entreprises. La transparence des informations et des idées peut contribuer à réduire le changement de méthode, à créer des liens et à instaurer la confiance, et à permettre à différentes personnes de travailler de la manière qui leur convient le mieux. (Des études ont montré que les introvertis, par exemple, ont mieux réussi et ont été plus productifs en travaillant à domicile).

Le fait de réunir des collègues en présentiel présente certainement des avantages, par exemple pour la cohésion d'équipe et certains travaux créatifs. Cela ne disparaîtra pas. Il y a des défis à relever en matière de travail à distance et distribué, notamment dans le domaine des ressources humaines, où les zones géographiques de talents sont en expansion. Qu'il s'agisse de l'apprentissage du travail, des premiers contacts avec les collègues ou de la courbe d'apprentissage de 90 jours, les dirigeants doivent prendre en compte tous les éléments de l'expérience d'intégration d'un nouvel employé, en mettant l'accent sur la connexion et l'inclusion. La technologie est cruciale ; nous avons besoin de plateformes, d'applications et de personnes pour communiquer de manière transparente, et nous devons fournir des outils pour faciliter l'expérience et la réussite des employés. Les bons outils peuvent contribuer à rationaliser les processus d'intégration de routine et permettre aux employés et aux managers de se concentrer sur ce qui compte : le travail massif, créatif, connecté et collaboratif propre aux humains.

Il existe depuis longtemps une hypothèse (un mythe) selon laquelle les réunions en présentiel représentent le meilleur moyen de collaborer. Cela a conduit à un biais de proximité, l'idée que les employés qui sont physiquement plus proches de leur équipe et de leurs dirigeants sont considérés comme de meilleurs travailleurs. La pandémie a démystifié cette idée. Les entreprises ont été encore plus productives et les employés ont découvert un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée en travaillant depuis n'importe où. Nous n'avons pas besoin d'être dans la même pièce - ou dans le même Zoom - pour réaliser de grandes choses, surtout avec une communication claire et ouverte dans un QG numérique transparent.

Nous savons qu'il existe une meilleure façon, plus simple et plus agréable, de travailler et d'améliorer l'expérience des employés. Cela nécessite de la créativité et de se libérer des habitudes qui nous lient depuis des générations. Nous ne pouvons pas regarder en arrière, avec des lunettes roses, la façon dont les choses étaient avant la pandémie. Nous devons regarder vers l'avenir, avec lucidité, vision et ambition, en nous appuyant sur le pouvoir de l'inclusion et de la diversité - des personnes et des lieux. Chaque élément de l'expérience de l'employé doit être flexible et transparent, en exploitant le pouvoir de la technologie pour façonner l'avenir.