Probablement un énième épisode de la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine. Une entreprise de semi-conducteur coréenne, Magnachip, a révélé renoncer le 13 décembre à son rachat par Wise Road Capital, un fonds d’investissement chinois spécialisé dans le secteur.

En étau entre la Chine et les États-Unis

La Chine a beau atteindre des résultats spectaculaires dans le développement de nouvelles technologies, autour de la 5G, l’Intelligence artificielle ou l’informatique quantique, il y a un secteur où son retard est problématique : les semi-conducteurs.

Le pays dispose bien sur son territoire d’usines de fabrication, les concepts et la propriété intellectuelle lui échappent encore largement. Malgré ses efforts pour soutenir son champion local, la Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), le retard de l’Empire du Milieu reste criant.

Les États-Unis, en pleine période de tension commerciale et diplomatique avec la Chine, ont bien identifié ce point faible. Une fragilité décuplée par la pénurie de semi-conducteurs affectant le monde entier et appelée à durer jusqu’à 2023.

Cela explique en partie le refus du Comité des investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS) de valider l’opération sous le prétexte de « risques pour la sécurité nationale ». Le pays multiplie les mesures sur le secteur des semi-conducteurs. Elles sont régulièrement défavorables ou gênantes pour Pékin.

Le rachat de Magnachip ne passe pas

Sur l’affaire Magnachip, dès le mois d’août, le département du Trésor s’est positionné contre l’opération, rapporte Reuters. En juin, la CFIUS avait ordonné la suspension de la procédure de rachat de Magnachip par le fonds Wise Road Capital. Dans un commentaire commun, les deux sociétés expliquent que la décision prise « résulte de l'incapacité des parties, malgré des mois d'efforts, à obtenir l'approbation du CFIUS pour la fusion ».

Si tout s’était passé comme prévu dans le cadre d’un accord conclu en mars 2021, Magnachip aurait été racheté pour 1,4 milliard de dollars avec officialisation au second semestre 2021. Magnachip et Wise Road Capital, à défaut d’autorisation du gouvernement américain, ont renoncé, y compris devant les autorités coréennes. Maigre consolation, Magnachip doit toucher une indemnité de 70,2 millions de dollars à la suite de cette décision. La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis se poursuit à bas bruit.