Samsung prévoit de construire une usine de fabrication de puces d'une valeur d'environ 17 milliards de dollars à Taylor, au Texas, d’après le Wall Street Journal. Cet investissement intervient alors que l'administration Biden insiste fortement pour une augmentation de la production de semi-conducteurs sur le sol américain.

Selon plusieurs sources, Samsung s'apprêterait à annoncer dans la journée la construction d'une nouvelle usine de fabrication de puces électroniques de pointe au Texas, pour un montant de 17 milliards de dollars. La nouvelle usine serait située dans la ville de Taylor, à une cinquantaine de kilomètres d'Austin, où Samsung possède déjà une installation plus petite que la nouvelle, et permettrait de créer 1 800 emplois dans la région. De précédents rapports ont indiqué que cette usine servirait principalement à la fabrication de puces avancées en 3 nm qui ne devraient toutefois pas entrer en production avant la fin de l'année 2024.

L'annonce pourrait intervenir dès 17 heures (aux États-unis) lors d’une "annonce économique" du gouverneur Greg Abbott. En échange, la ville a proposé à Samsung des mesures incitatives pour l'implantation de son usine, qui se traduirait par des réductions de l'impôt foncier de plus de 90 % pendant les dix premières années. Samsung répondrait ainsi au souhait du gouvernement américain de produire plus de puces sur son territoire et de faire face à la pénurie mondiale de semi-conducteurs et assurer la sécurité de la chaîne d'approvisionnement. Le Sénat a récemment approuvé l'octroi de 52 milliards de dollars de subventions pour de nouvelles usines de fabrication de puces, mais la proposition doit encore être adoptée par la Chambre des représentants.

Dans tous les cas, cet investissement permet au sud coréen d’avancer ses pions face à la concurrence portée principalement par TSMC et Intel qui bataillent à coups de milliards de dollars pour s’arroger la première place. TSMC a prévoit ainsi d'investir plus de 100 milliards de dollars dans de nouvelles usines de puces au cours des trois prochaines années, tandis qu'Intel prévoit de consacrer un montant similaire au cours de la prochaine décennie à des investissements aux États-Unis et en Europe.