« C'est une révolution », cette formule qu'Apple a tendance à utiliser à tort et à travers semble, ici, adaptée. Car Self Service Repair en est bien une, tant il marque un changement de politique majeur pour la marque à la pomme. Présenté dans un communiqué publié le 17 novembre, Self Service Repair va permettre aux clients qui le souhaitent d’obtenir un manuel, des outils et des pièces pour réparer à la maison son iPhone.

Apple, nouveau converti à la réparabilité ?

Cette option sera disponible à partir de début 2022 aux États-Unis et étendu au reste du monde progressivement tout au long de l’année. Dans un premier temps, les pièces et manuels seront valables uniquement pour l’iPhone 12 et 13 avant de s’ouvrir aux Mac dotés de puces M1. Il sera possible d’obtenir des réductions sur les pièces en renvoyant au destinataire celle endommagée.

Dans la phase initiale, seuls quelques modules seront ouverts à la réparation, l’écran, la batterie, l’appareil photo. Les propriétaires d’iPhone auront compris qu’il s’agit des pièces les plus fréquemment abîmées. D’autres possibilités seront déployées au fil de 2022. Au total, la boutique proposera plus de 200 pièces et outils individuels.

Jeff Williams, directeur d’exploitation d’Apple, s’est félicité de l’arrivée de ce nouveau service « la création d'un accès plus large aux pièces d'origine Apple donne à nos clients encore plus de choix si une réparation est nécessaire ».

Ceux qui ont deux mains gauches pourront toujours se rendre chez un professionnel

Il signale qu’Apple « a presque doublé le nombre de centres de service ayant accès aux pièces d'origine Apple, aux outils et à la formation ». La marque à la pomme, fustigée depuis des années pour la faible réparabilité de ses appareils, met en avant ses 5000 prestataires de services agréés d’Apple (AASP) et 2800 prestataires indépendants ayant accès aux manuels, outils et pièces grâce à un autre programme, Independent Repair Provider (IRP). Il a été lancé en 2019 aux États-Unis puis étendu au reste du monde.

À tous les bricoleurs du dimanche, Apple conseille toutefois de privilégier ces options, « le moyen le plus sûr et le plus fiable d'obtenir une réparation », explique le communiqué. Cupertino ajoute « Le libre-service de réparation est destiné aux techniciens individuels ayant les connaissances et l'expérience nécessaires pour réparer des appareils électroniques ».

iFixit, ardent défenseur depuis 2003 du « do it yourself » pour offrir une seconde vie à ses appareils électroniques salue une « annonce historique » ainsi qu’une « concession remarquable à notre compétence collective ». Le site ne manque pas de rappeler que la politique d’Apple a longtemps été de prétendre « que laisser les consommateurs réparer leurs propres appareils serait dangereux ».

Une bonne nouvelle ne doit pas endormir la vigilance des consommateurs

Le site note tout de même quelques craintes sur ce futur Self Service Repair. Tout d’abord, selon iFixit, « Apple calque les réparations en libre-service sur son programme IRP, tristement restrictif ». Il n’est, par exemple, pas possible de remplacer une pièce par celle d’un autre appareil. Un souci pour les reconditionneurs et réparateurs qui parviendrait à récupérer des pièces par d’autres biais.

Autre point de méfiance, les prix. Les membres du programme IRP rapportent un prix parfois prohibitif pour certaines pièces, en comparaison avec le tarif de la réparation d’une même panne dans un service agréé d’Apple.

iFixit appelle également à la vigilance sur le long terme : Cupertino aura la haute main sur la durabilité de ses appareils. Jusque-là, l’entreprise s’est engagée à fournir des pièces détachées 5 à 7 ans après la sortie de l’un de ses appareils. Rien ne l’empêchera de réduire cette période… Sauf en France. L’hexagone est l’un des seuls pays à s’être doté d’une loi pour imposer la disponibilité de pièces de rechanges pour smartphone durant 5 ans minimum.