Dans le cadre d’une cérémonie regroupant des centaines d'invités au sein des jardins de la Maison Blanche, Joe Biden a signé, ce lundi 15 novembre, un gigantesque plan d’infrastructures. Votée il y a une dizaine de jours par la Chambre des représentants, la loi est dotée d’un budget de plus de 1 000 milliards de dollars.

Plus de 1 000 milliards de dollars pour moderniser le pays

« Voilà mon message aux Américains : l’Amérique va de nouveau aller de l’avant et votre vie va changer pour le meilleur », a déclaré Joe Biden lors de la signature de son plan. Celui-ci prévoit la construction, la modernisation ou l’entretien de milliers de kilomètres de routes, des ponts, des barrages, des écluses sur les fleuves et les canaux. La construction de pistes cyclables, de voies piétonnes, ainsi que des investissements dans des projets aéroportuaires sont également prévus. Plus en détail le plan est réparti pour investir :

  • 73 milliards pour le réseau électrique ;
  • 66 milliards pour le réseau ferré ;
  • 65 milliards pour l'accès à internet ;
  • 47 milliards pour le climat ;
  • 21 milliards pour des projets environnementaux ;
  • 7,5 milliards pour les véhicules électriques ;
  • 2 milliards pour les zones rurales.

La promulgation de cette loi intervient dans un contexte particulier. Tandis que le président américain n’a jamais été aussi impopulaire, celui-ci doit aussi composer avec les sorties de politiques, notamment les propos de Nicolas Chaillan, ancien haut responsable du Pentagone, affirmant que le conflit opposant la Chine aux États-Unis en matière d’IA est perdu d’avance. De plus, ce tout nouveau plan prévoit la mise en place de mesures pour lutter contre les cyberattaques, une annonce qui tombe à pic alors que depuis une adresse du FBI, un hacker a réussi à envoyer des dizaines de milliers de mails.

Quelles mesures ont été prises par le président américain dans son plan d’infrastructures ?

Outre la cybersécurité, le plan se concentre sur la création de nouvelles liaisons entre villes grâce au train à grande vitesse afin de moderniser le transport ferroviaire de voyageurs. L’accès à l’internet à haut débit, très cher aux États-Unis, sera étendu dans les zones « blanches » rurales et de nouvelles régulations sont prévues pour faire baisser les prix ou aider les familles qui n’en ont pas les moyens.

Plusieurs milliers de kilomètres de lignes électriques seront construits. L’énergie qui en découlera sera produite à partir de sources renouvelables. Plusieurs investissements sont prévus dans la recherche de nouvelles technologies en lien avec l’énergie : hydrogène propre, énergie nucléaire ou encore capture du CO2. Toujours en ce qui concerne le volet de l’écologie, plusieurs mesures ont été prises afin de dépolluer des zones contenant des déchets toxiques, des terrains miniers abandonnés et des puits de gaz qui n’ont pas été bouchés.

Pour finir, un réseau national de bornes de recharge pour les voitures électriques sera mis en place afin de stimuler le marché, et l’impact du changement climatique sera pris en compte en améliorant l’adaptation des populations aux catastrophes naturelles. Aux États-Unis, même si le projet est populaire, 70 % des Américains considèrent que la situation économique est mauvaise selon une enquête d’opinion menée par le Washington Post.