Niantic veut apporter sa pierre à l’édifice dans le monde du métavers. L’éditeur de jeux vidéo en réalité augmentée (AR) a présenté Lightship, un kit développeur gratuit incorporant la célèbre technologie présente dans Pokémon Go.

Un kit développeur gratuit et un fonds d’investissement

Ainsi, les développeurs vont pouvoir utiliser la fondation des jeux AR de Niantic dans leurs propres applications iOS et Android. La plateforme Lightship est basée sur Unity, le moteur de jeu permettant de créer des expériences 2D, 3D, en réalité augmentée et en réalité virtuelle (VR). Surtout, elle offre les trois principales fonctions de Niantic : la cartographie en temps réel, la segmentation sémantique et la capacité multijoueurs. Désormais, les créateurs ont à leur disposition les outils que l’éditeur développe depuis des années.

Le kit permet de développer des expériences comportant jusqu’à cinq joueurs. Si la plupart de ses outils sont gratuits, Niantic explique qu’elle demandera une commission si une application est utilisée par plus de 50 000 utilisateurs actifs mensuels. La firme a par ailleurs affirmé que plusieurs entreprises collaborent déjà avec elle sur Lightship, c’est notamment le cas de Universal Pictures, PGA of America ou encore de Warner Music Group. Le célèbre festival Coachella a d’ores et déjà créé une expérience dont ses visiteurs pourront profiter lors de l’édition de l’année prochaine : un papillon géant qui atterrit sur la tour de sept étages d’une passerelle arc-en-ciel présente sur le lieu du festival.

En plus de Lightship, Niantic a annoncé la création d’un fonds d’investissement de 20 millions de dollars. L'objectif est de soutenir les entreprises partageant sa vision concernant le « métavers dans le monde réel ».

Un métavers différent

En effet, il faut savoir que la vision du métavers par Niantic est diamétralement opposée à celle de Meta. D’ailleurs, John Hanke, le PDG de Niantic, n’a récemment pas hésité à qualifier l’ambition de Mark Zuckerberg de « cauchemar dystopique ». Quand Meta imagine un monde entièrement virtuel, Niantic préfère une connexion entre les mondes réel et digitaux. D’ailleurs, la firme est en partenariat avec Qualcomm pour le développement de lunettes de réalité augmentée.

« Chez Niantic, nous pensons que les humains sont les plus heureux lorsque leur monde virtuel les conduit à un monde physique. Contrairement à un métavers de science-fiction, un métavers du monde réel utilisera la technologie pour améliorer notre expérience du monde tel que nous le connaissons depuis des milliers d'années », explique John Hanke.

Si les visions de l’Internet du futur diffèrent selon les entreprises, il est évident que l’année 2021 marque un tournant dans ce secteur, tant les firmes sont de plus en plus nombreuses à l’évoquer et à déployer des technologies allant dans ce sens.