Alors qu’elle sort d’un troisième trimestre 2021 très juteux avec une augmentation de 54 % de ses revenus, AMD a profité de son événement annuel Accelerated Data Center Premiere pour faire d’importantes annonces sur son avenir. Résultat : ses actions en bourse ont augmenté de 11 %... De quoi faire frémir ses concurrents ?

Intel perd des parts de marché face à AMD

Le fabricant américain de semi-conducteurs a ainsi révélé que Meta (anciennement Facebook) faisait désormais partie de ses clients. Ce partenariat est loin d’être anodin pour le constructeur, alors que l’entreprise de Mark Zuckerberg accélère le développement de son métavers et va donc requérir d’importants moyens matériels pour y parvenir. De nouveaux détails à propos de cette collaboration seront dévoilés dans la semaine assure Lisa Su, la PDG d’AMD.

Possédant d’ores et déjà des accords avec Amazon Web Services, Microsoft Azure et le branche de cloud computing de Google, également des clients du géant Intel, la firme continue de largement rattraper son retard sur celui-ci. Elle possède désormais un quart du marché des puces x86 et peut même se vanter d’appareils plus performants que ceux de sa rivale. Pour cela, AMD peut remercier sa PDG qui a lancé un vaste plan en 2017 pour aller dans ce sens.

Par ailleurs, s’allier avec les plus grands fournisseurs de cloud computing au monde est une manœuvre très judicieuse puisque ce secteur est en plein boom et devrait continuer son ascension. Dans cette optique, la firme a révélé qu’un processeur central de 128 cœurs de calcul baptisé Bergamo serait disponible dès 2023. Il s’agit d’une puce particulièrement utile dans le domaine du cloud computing, note Reuters.

Un processeur Ryzen d'AMD.

AMD profite en ce moment de la forte demande en semi-conducteurs. Photographie : Luis Gonzalez / Unsplash

Nvidia également dans le viseur

Intel n’est pas le seul constructeur dans le viseur d’AMD. L’entreprise veut également concurrencer la société de semi-conducteurs la plus valorisée des États-Unis, Nvidia. Avec l’annonce d’une puce baptisée MI200, conçue pour accélérer certaines tâches comme l'apprentissage automatique ou l'intelligence artificielle, AMD veut directement concurrencer les puces A100 de Nvidia, l’un de ses plus grands succès.

AMD voit très grand et compte bien continuer sur sa lancée en grappillant au fur et à mesure des parts de marché sur ses concurrents. Si le partenariat avec Meta est un énorme coup pour la société, reste désormais à voir si elle pourra atteindre ses objectifs sans être freinée par la pénurie de semi-conducteurs qui s’abat actuellement sur de nombreuses industries, et qui pourrait s’étendre jusqu’à 2023.