Depuis 2016, VMware, une société basée à Palo Alto, était lié à Dell Technologies, sa société mère. Il y a quelques jours, les deux entreprises ont finalement décidé de se séparer pour développer leurs technologies respectives, tout en gardant des liens étroits. Voilà peut-être une belle opportunité pour l’éditeur VMware de sortir de l'ombre de Dell Technologies.

Dell Technologies va céder sa participation de 81% pour sortir

18 ans après avoir été rachetée par EMC pour moins d'un milliard de dollars, la société VMware devient ainsi indépendante. L'entreprise a aujourd'hui atteint une valeur boursière qui s'établit tout de même à près de 64 milliards de dollars. Le bruit courait depuis plusieurs mois, cette fois-ci c'est officiel : Dell Technologies va céder sa participation de 81% (l'équivalent de 51,8 milliards de dollars).

Selon Krish Sankar, analyste chez Cowen : « après la scission, Dell sera une société plus simple avec une meilleure structure de capital et moins de dettes ». En effet, la société Dell Technologies est étouffée par des dettes depuis plusieurs années pour financer ses acquisitions... Plus de 70 milliards de dollars selon le Wall Street Journal.

Alors que la majorité des revenus de VMware proviennent toujours des logiciels d'entreprise et des licences sur site et sur les services de maintenance, l'entreprise veut s'orienter progressivement vers un modèle basé sur le cloud. Cette séparation permettra à chacune des deux sociétés d'avoir plus de flexibilité à tous les niveaux : financier, produit, développement... En revanche, Dell et VMware vont continuer de collaborer sur certains sujets, notamment sur le service VMware Cloud on Dell EMC qui combine les logiciels de traitement, de stockage et de mise en réseau haute performance de VMware avec l'infrastructure (HCI) de Dell EMC.

Un regain d'indépendance pour VMware qui peut lui permettre de sortir de l'ombre

Le CEO de VMware, Raghu Raghuram, explique que : « VMware va disposer de plus de latitude pour établir des partenariats approfondis avec les fournisseurs de cloud et sur site. Ce surcroît de flexibilité va permettre à VMware d’utiliser ses capitaux propres pour réaliser de futures acquisitions et rester compétitifs. Avec la scission, VMware aura de meilleurs atouts pour devenir un expert dans l'industrie du cloud, comme elle l’ambitionne, et pourra se positionner de manière unique afin d’offrir à ses clients le meilleur panel d'options possible dans l’écosystème de partenaires robuste qu’elle est en train de développer ».

Ce regain d'indépendance va évidemment faire beaucoup de bien à VMware qui était jusqu'à présent (logiquement) dans l'ombre de Dell Technologies. C'est en tout cas ce que pense Raghu Raghuram, qui estime que : « la séparation permettra à nos partenaires de nous regarder sous un jour nouveau et elle nous donnera plus de flexibilité pour développer notre propre activité ». VMware compte profiter de cette situation pour accélérer le développement de nouveaux outils dans le domaine du cloud.